Publicité
24 mars 2020 - 13:52 | Mis à jour : 25 mars 2020 - 12:03

COVID-19 : un 4e cas à Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 5

La Direction régionale de la Santé publique a confirmé, mardi, qu’un nouveau cas de COVID-19 a été recensé à Rivière-du-Loup, portant le total régional à quatre pour le Bas-Saint-Laurent en date du 24 mars.  

Comme c’était le cas pour les deux derniers cas, la nouvelle personne malade a été en «contact étroit» avec le tout premier cas testé positivement la semaine dernière. Elle fait partie de son «entourage».

Selon Ariane Doucet-Michaud, conseillère cadre aux communications stratégiques à la présidence-direction générale et relations avec les médias du CISSS du Bas-Saint-Laurent, la nouvelle personne malade est en confinement à la maison depuis qu’elle a été contactée dans le cadre de la première enquête épidémiologique de la Direction régionale de la Santé publique. 

Des enquêtes comme celles-ci ont d’ailleurs été lancées concernant les trois derniers cas recensés afin pour retracer et rejoindre toutes les personnes qui ont été en contact avec les personnes malades. Selon la nature du contact, et le risque qu’il représente, différentes directives leur seront transmises. 

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent précise que la nouvelle personne atteinte n'est pas hospitalisée. 

À ce jour, dans la région, 286 personne ont reçu un résultat de dépistage négatif. Ils sont toutefois 169 personnes à attendre le résultat de leur test. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • Petite précision : Il est plus sécuritaire de se fier à la mémoire de plusieurs personnes qui se souviennent d'avoir croisé untel, qu'à la mémoire d'untel qui n'a peut-être pas remarqué tous ceux qu'il a côtoyés.

    gilbert blachon - 2020-03-25 10:59
  • En situation spéciale, mesures spéciales. Il existe dans quelques pays un algorythme qui décèle les rapprochements entre cellulaires, et qui permet de confirmer par la suite, avec qui la personne a été en contact. Ici, la personne doit se souvenir de ses contacts, il y aura donc automatiquement des manquements, certains contacts seront échappés. Ces cas de manquements seront comblés si on identifie la personne, car alors les autre que lui se souviendront l'avoir approché. Et qu'on ne vienne pas dire que c'est un bris de confidentialité...les droits collectifs priment sur les droits individuels en cas de pandémie.
    Comme je l'ai déja dit, s'identifier dans un tel cas est faire preuve de civisme...Se cacher n'est pas acceptable et nous rend davantage coupable.. Être contaminé par le virus n'est en rien une faute dont il faut se cacher, et s'en cache nous rend coupable de davantage de propagation. Avis aux autorités...il est temps de revoir cette façon d'envisager la maladie et de la rendre à divulgation obligatoire. C'est une façon de sauver peut-être quelques vies.

    gilbert blachon - 2020-03-25 10:39
  • Pas besoin de savoir qui. Cela doit être plus efficace de chercher les personnes avec qui le sujet se souvient avoir été en contact, puisqu'on les avisera d'être en quarantaine. Quelle nécessité de déclaration obligatoire publique ? Cela causera plus de mal que de bien.

    Jacques Emond - 2020-03-25 00:55
  • Est ce que Premier tech va fermer complètement et officiellement ce soir tel que demandé par le gouvernement ? Présentement, les employés d’usine sont tenus dans le noir ou presque, pourquoi ?» PT semble penser qu’ils sont essentiels ? Si oui dans quelle categorie ? Une partie des gens de bureau sont deja en mode de teletravail. Alors on fait quoi avec les gens d’usine ? Peuvent-ils rester a la maison pour se protéger et aussi leur famille ? Le 1er cas vient de chez eux et les 2 autres a cause de leur contact avec le 1er...PT attend quoi pour prendre sa responsabilité sociale et proteger TOUT ses employes ?

    Louise Gagnon conjointe d’employé PT - 2020-03-24 23:04
  • Je ne suis pas d'accord sur la façon dont on procède à la DRSP. Cette maladie devrait être à déclaration obligatoire. Donc, au lieu de chercher les gens dont la personne se souvient d'avoir été en contact, on devrait identifier la personne de façon à ce que tous ceux qui ont été proche de celle-ci se surveillent davantage. On se complique la vie de la façon dont on procède, on peut en échapper. Il n'y a pas de honte à avoir attrapé le virus, bien au contraire.

    gilbert blachon - 2020-03-24 17:56