Publicité

17 décembre 2015 - 11:26

Oléoduc Énergie Est : d’importants acteurs économiques réitèrent leur appui

Toutes les réactions 3

Montréal - À la suite de la mise à jour de l’analyse économique du projet Oléoduc Énergie Est par le Conference Board du Canada, d’importants acteurs économiques du Québec ont tenu à réitérer, le 17 décembre, leur appui au projet. 

Ainsi, la Fédération des chambres de commerce du Québec, le Conseil du patronat du Québec, la Chambre de commerce du Montréal Métropolitain, la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, l’Association industrielle de l'Est de Montréal et l’Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec, ont tous fait part qu’ils étaient toujours derrière le projet. 

Selon les signataires, « les données rendues publiques ce 17 décembre viennent réaffirmer l’importance des bénéfices économiques pour le Québec et ce, malgré le retrait du port maritime au Québec. »
 
Selon eux, la mise à jour de l’analyse économique du Conference Board confirme que le Québec profitera des bénéfices, avec plus de 3 160 emplois directs et indirects annuels liés au développement et à la construction de l’oléoduc (9 ans) et 324 emplois directs et indirects annuels liés à l’exploitation (20 ans), ce qui totalise près de 35 000 nouveaux emplois. Ceux-ci seront bénéfiques non seulement pour l’industrie de la construction mais aussi pour consolider l’expertise québécoise dans le domaine pétrochimique. De plus, des centaines d’entreprises locales à travers le Québec seront mises à contribution pendant les phases de construction et d’exploitation.
 
Le projet Oléoduc Énergie Est permettrait de transporter environ 1,1 million de barils de pétrole brut par jour en provenance de l’Alberta et de la Saskatchewan vers les raffineries du Québec et de l’est du Canada.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Si cella pourait nous donner une independance des pays arable avec tous leur probleme qui on depuit 100 an sa serai fantastique

    Rock - 2016-01-09 07:41
  • Ils n'ont vraiment rien compris. Nous sommes à une étape charnière dans l'histoire de l'humanité selon Nicolas Hulot, le porte-parole de la France en matière de dérèglements climatiques lors de COP 21. Ce n'est plus un choix, c'est une obligation. Il nous faut diminuer et cela le plus rapidement possible, l'utilisation des combustibles fossiles et nous tourner vers les énergies renouvelables. Les retombés économiques, c'est de cela que ces gens veulent parler, ne seront que plus grandes que de continuer avec les énergies sales du passé. Les preuves sont faites...

    André - 2015-12-18 13:03
  • Pour une fois, ne pourraient-ils pas arrêter de penser aux "retombées économiques", mais plutôt aux "retombées environnementales"???
    Il ne fait aucun doute que l'Industrie Pétrolière brasse des piastres, évidemment que des retombées économiques pourraient être importantes pour certaines industries... Mais le vrai défi, c'est de trouver une alternative au pétrole, surtout le pétrole sale albertain.

    Yoann - 2015-12-17 16:39