Publicité

29 juin 2012 - 22:53

Dossier perles cachées du KRTB: Le Kamouraska

Toutes les réactions 6
Il y a deux semaines, j’ai lancé un défi à mes collègues : présenter notre KRTB. Par MRC et surtout par coup de cœur. Je leur ai aussi demandé d’éviter les « classiques », par exemple la plage de Pohénégamook, l’une des plus belles du Bas-Saint-Laurent. La SEBKA, un joyau de notre région est aussi un classique qui mériterait à lui seul un dossier, comme l’Île-aux-Lièvres et le phare de l’Île-Verte. Mais je souhaitais plutôt des petites alternatives avec lesquelles nous sommes moins familiers, pour le plaisir de les (re)découvrir.

Kamouraska – Il y a tant à dire, à écrire et à montrer du Kamouraska. De ses villages pittoresques, de ses maisons à deux façades dont une s’offre invariablement au fleuve, de ses magnifiques champs agricoles où le canola est roi, de ses cabourons, de son bord de « mer », à l’instar du Saint-Laurent… la liste me semble intarissable.

Le Kamouraska vu « de la montagne de Saint-André (SEBKA) ».
Photo : François Drouin


 Le Kamouraska est en soi un coup de cœur. C’est après la Gaspésie (Je t’aime !) mon deuxième refuge. Sans bruit, sans sirène, le cellulaire désactivé, le Kamouraska est synonyme de vacances, de plaisirs et de rencontres, tout cela à quelques minutes de mon épicentre louperivien.

Je vous propose donc ici trois municipalités à moins de 25 minutes de Rivière-du-Loup. Toutes trois dans l’ombre du magnifique village de Kamouraska et qui pourtant, ont beaucoup à offrir. D’est en ouest, il s’agit de Saint-André-de-Kamouraska, de Saint-Germain-de-Kamouraska et de Saint-Pascal-de-Kamouraska. La liste pourrait-être bien plus longue, avec Saint-Denis-sur-Mer, Rivière-Ouelle et sa plage, La Pocatière et ses sentiers, notamment.

SAINT-ANDRÉ

Saint-André-de-Kamouraska pour la SEBKA, ses cabourons, sa Vieille-École, mais aussi et surtout, Saint-André, pour ses aboiteaux que l’on arpente, le nez rempli des effluves de ce grand fleuve. Des aboiteaux que vous pouvez rejoindre à partir du sympathique petit parc de l’Ancien-Quai où une aire de jeux attend les tout-petits.

Le Petit Phare de Saint-André.
Photo : François Drouin


On y accède au cœur du village, à partir de la rue Principale. La conception de François Maltais, artiste de la région, s’inscrit parfaitement et en respect du lieu. Les enfants y trouveront une goélette échouée « Et Vogue Aimée », qui n’attend que leurs rires et leurs cris de joie. On y retrouve aussi le Petit Phare qui n’est pas sans rappeler celui autrefois en fonction sur le Long Pellerin.  On peut même y pique-niquer !

Voilà un village situé au pied des cabourons littéralement amarré « à la mer » où il fait bon marcher quelques kilomètres sur cette structure  protégeant le village des humeurs du grand fleuve.

SAINT-GERMAIN

Saint-Germain-de-Kamouraska, à mon sens, est un village typique du Kamouraska. En plus de sa population particulièrement accueillante et bigarrée, le village vous propose des fermes où le visiteur est traité en roi. Je vous suggère deux petites perles. La grève, à laquelle on accède par un chemin de terre, la Route de la grève, à l’ouest du Calvaire du sculpteur Berlinguet. Un peu de sable, des algues, le littoral y est particulièrement photogénique, y compris lorsque dame nature est d’humeur brumeuse. En vélo comme en auto, une petite halte s’impose.

La grève de Saint-Germain, véritable havre de paix.
Photo : François Drouin


Puis, le sentier des Cabourons. L’aller se fait sur monadnock, parallèlement au fleuve. Le sentier présente en quelques occasions des passages intermédiaires, voire plus difficiles dans le secteur nord et la halte Mississippi, mais s’effectue agréablement bien. Le retour via le rang Mississippi, vous permet d’arpenter l’un des plus agréables rangs à marcher au Kamouraska. Et qui sait, peut-être y croiserez-vous un « Curieux Bégin. »


Le sentier des Cabourons de Saint-Germain.
Photo : François Drouin


Une boucle totale de près de 8 kilomètres qui mérite le détour. L’accès s’effectue au sud de la rue Principale.

SAINT-PASCAL

Saint-Pascal est ma petite grande ville du Kamouraska. Si l’on sort de la Route des navigateurs, on y gagne en verdure. La rue principale avec sa vieille architecture et ses grands arbres est riche et variée.

Une première visite à la montagne à Coton (septembre 2003).
Photo : François Drouin


Je vous propose à Saint-Pascal l’inévitable montagne à Coton, dont la vue vaut le détour.

Le sentier du parc des Sept-Chutes, un incontournable sur le 4e Rang, long de 5 km et balisé, il vous permet de contempler chutes et cascades de la rivière Kamouraska. Plus loin, vous vous retrouverez sur un plateau, où la forêt reprend ses droits et où les ornithologues pourront y observer de nombreux oiseaux de proie. Sans oublier le réseau cyclable.

La montagne à Coton comme le sentier du parc des Sept-Chutes proposent des tables à pique-nique et stationnements. Un dimanche ensoleillé, voilà de quoi vous écarquiller les yeux. 

Et s'il vous reste un peu de temps, enfourchez votre vélo à la découverte des vieux moulins.


Photo : François Drouin

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

6 réactionsCommentaire(s)
  • Pour ajouter au commentaire de Hervé à l'attn de l'Observateur. Le site web de la manuicipalité de St-Germain affiche en en-tête Saint-Germain de Kamouraska.

    Dominique - 2012-08-06 14:36
  • Bravo pour le sympatique reportage. J'ajoute ce petit commentaire concernant les orbservations de Observateur... Les quatre municipalités qui portent officiellement le nom de Kamouraska sont Saint-Joseph-de-Kamouraska, Saint-Bruno-de-Kamouraska, Saint-Alexandre-de-Kamouraska et, évidemment, Kamouraska (qui a donné son nom à la région de kamouraska). Mais, entre-nous, ce n'est pas bien grave de dire Saint-André-de-Kamouraska ou Saint-Germain-de-Kamouraska même si ce n'est pas leur nom officiel... Moi je trouve que ça facilite leur localisation dans la région de Kamouraska tout simplement... Le seul problème que j'y vois c'est que le visiteur qui ne connait pas beaucoup la région confond pafois le village de Kamouraska avec les villages qui ajoutent «de-Kamouraska» à leur nom. C'est ainsi que certains se retrouvent à Kamouraska en se croyant à Saint-Pascal par exemple... ou vice-versa.

    Hervé - 2012-07-02 01:04
  • Les Sept-Chutes est un endroit magnifique. À une certaine époque, il n'était pas rare d'y voir quelques dizaines d'ados et de jeunes adultes se baigner dans un ou l'autre des 3 principaux bassins qui s'y succèdent à des altitudes différentes. On peut même se glisser derrière une de ces chutes et voir l'eau se fracasser sur un rocher devant soi. Je ne sais pas si l'eau est plus polluée maintenant, mais on ne dénotait aucun problème dans les années 70 et 80.

    Pinotte - 2012-06-29 22:00
  • Le magnifique Kamouraska! Pour ceux et celles qui veulent propager la bonne nouvelle il existe une ressource spécialement dédiée à accompagner des jeunes qui veulent venir s'installer dans la région ou re-venir dans leur région d'origine! Les agents de migration de Place aux Jeunes. Contactez-nous! www.placeauxjeunes.qc.ca

    Chloé Chéné - Agente de migration Place aux Jeunes\Desjardins - 2012-06-29 15:41
  • On voit que vous êtes un connaisseur et que vous avez repéré les beaux petits coins enchanteurs du Kamouraska, un vrai paradis. Et les 3 localités dont vous parlez en sont un bel exemple. Bravo pour votre petit reportage! Juste un petit commentaire, pas méchant du tout, et qui s'applique à la plupart des journalistes ou commentateurs de RdLoup. Pourquoi toujours sentir le besoin de rajouter "de-Kamouraska" quant on parle des municipalités de ce territoire et que le contexte du commentaire nous fait bien comprendre qu'on ne parle pas de municipalités de l'Estrie ou de l'Abitibi? On entend jamais ou à peu près jamais Saint-Arsène-de-Rdloup ou Saint-Antonin-de RdLoup ou Saint-Cyprien-de-RdLoup ou de Sainte-Françoise-des-Basques (!?). Le nom de Saint-Pascal est.... Saint-Pascal. Pourquoi ne pas l'appeler par son nom ? D'ailleurs, il n'y en a qu'un au Québec, donc aucune confusion possible. Saint-Germain s'appelle... St-Germain et quand on parle du Kamouraska, on sait bien qu'on ne parle pas de l'autre qui s'appelle pas Saint-Germain, mais Saint-Germain-de-Grantham, etc. Quant les gens du Kamouraska parlent entre eux de leur village,ils n'ajoutent jamais le suffixe "de-Kamouraska". À l'inverse, Saint-Hubert dans la MRC de RdL s'appelle officiellement Saint-Hubert-de-RdLoup pourtant on entend à peu près jamais dire son nom au complet parce que, bien sûr, quant on en parle par ici, pas besoin de faire référence à RdLoup.

    Observateur - 2012-06-29 13:48
  • Je savais que le Kamouraska était un joyau en soi pour l'avoir un peu visité, mais tu me donnes encore plus le goût de découvrir ses p'tits trésors cachés. Une découverte s'impose cet été. Merci!

    Val - 2012-06-29 10:46