Publicité

10 novembre 2010 - 08:08

Journée de grève dans les services de garde en milieu familial

Rivière-du-Loup – Les responsables de service de garde en milieu familial (RSG) poursuivent leur mobilisation et leurs moyens de pression en ce mercredi pour obtenir une première entente collective en participant à une grève générale d’une journée complète qui se tient présentement partout à travers le Québec.

Ces arrêts de travail surviennent deux semaines après le déclenchement de demi-journées de grèves tournantes qui avaient frappé l’ensemble des régions du Québec.

Une bataille à livrer jusqu’au bout

Les négociations progressant encore trop lentement, les RSG ont jugé opportun d’accentuer les moyens de pression en déclenchant une première journée de grève complète à la grandeur du Québec.

« Cela démontre que les 13 000 RSG affiliées à la CSQ et à la FIPEQ-CSQ sont plus que jamais mobilisées et déterminées à obliger ce gouvernement à prendre au sérieux leurs revendications. La bataille que ces milliers de femmes livrent pour obtenir la reconnaissance et le respect dure depuis des années. Elles ne vont certainement pas renoncer maintenant à leurs revendications alors qu’elles sont enfin à la veille d’obtenir une première entente », explique la vice-présidente de la CSQ, Louise Chabot.

Une ministre qui doit entendre le message


La leader syndicale invite donc la ministre de la Famille et des Aînés, Yolande James, à entendre le message lancé par les RSG et à manifester la volonté politique nécessaire pour faire avancer la négociation sur la voie d’un règlement.

« La ministre doit faire plus que de répéter dans les médias qu’elle est ouverte à la négociation. Son discours doit se traduire par des mandats clairs qu’elle doit donner à ses négociateurs. Nous attendons d’en voir l’effet réel à la table de négociation », conclut Mme Chabot.

Manifestation à Rimouski


Aujourd'hui, il y aura une manifestation à Rimouski, à compter de 8 h 30, à l’intersection de la promenade de la Mer et de l’avenue de la Cathédrale, suivie d’une marche sur la rue St-Germain en direction du Presbytère St-Germain – Ste-Agnès, au 327, rue St-Germain Est.

Publicité


Publicité

Commentez cet article