Publicité
22 septembre 2010 - 14:52

Restauration de la maison Louis-Bertrand et de l’école Michaud : une aide de 220 000 $

Hugues Albert

Par Hugues Albert, Journaliste

L'Isle-Verte – Québec alloue un octroi de près de 220 000 $ qui servira deux causes du patrimoine bâti dans le secteur de l’Isle-Verte.

Lundi après-midi, en présence du député Jean D’Amour, du maire de la municipalité de l’Isle-Verte, Serge Forest, du recteur et du directeur de la bibliothèque de l’UQAR, Michel Ringuet et Denis Boisvert, et du conseiller municipal Francis Michaud, de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, on a fait l’annonce d’une aide financière de 206 100 $ versée par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine (MCCCF) pour la restauration et la mise en valeur de la maison Louis-Bertrand, érigée en plein cœur de L’Isle-Verte, et d’une autre somme de 13 700 $ pour la réfection du centre d'interprétation de l'école Michaud de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

Denis Boisvert, Michel Ringuet, Serge Forest, Jean D’Amour et Francis Michaud exhibant les plans des travaux prévus dans la deuxième phase de réfection de la maison Louis-Bertrand de l’Isle-Verte.
Photo : Hugues Albert


Construite en 1853, la maison Louis-Bertrand de L’Isle-Verte a été classée monument historique en 2001. Sa grande valeur patrimoniale repose notamment sur son intérêt ethnologique, en raison de son aménagement intérieur, de même que sur l'intégrité de son architecture, de son mobilier et de sa décoration intérieure. L'UQAR en devenait propriétaire en 2005.

« Les travaux de restauration de la maison Louis-Bertrand auront un effet positif sur la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine de la région du Bas-Saint-Laurent. Riche en histoire, cette demeure pourra ainsi continuer d'accueillir les étudiants et chercheurs de l'UQAR et les visiteurs en toute sécurité », indiquait le député D’Amour.

La subvention de 206 100 $ versée permettra d'amorcer la deuxième phase des travaux de réfection des murs extérieurs, de la galerie ainsi que des portes et des fenêtres, travaux qui s’inscrivent dans la suite de la première phase, terminée en 2008, laquelle a permis la restauration de la toiture et des fondations ainsi que le drainage du terrain. Ils visent à permettre la réouverture prochaine de cette demeure patrimoniale. Le coût de la deuxième phase étant évalué à plus de 412 000 $, le reste du financement est assumé par l'UQAR. Ces travaux devraient en principe être complétés au printemps de 2011.

Viendra ensuite la troisième phase, soit la restauration de l’intérieur de l’édifice, à un coût estimé à environ 700 000 $. L’UQAR attend des nouvelles incessamment du gouvernement fédéral qui a été investi du dossier par le biais du député conservateur Bernard Généreux. Globalement, quand les trois phases de travaux auront été complétées, ce projet de restauration aura coûté plus de 1,4 M $.

Le recteur de l’UQAR Michel Ringuet soulignait que cette maison est un coffre aux trésors puisqu’elle recèle d’une quantité innombrable d’objets authentiques qui ont été conservés dans leur état original. Elle a été reconnue monument historique non seulement pour sa valeur architecturale mais aussi pour son contenu. « Un véritable laboratoire pour étudiants et chercheurs et un lieu de découvertes inestimables de notre patrimoine pour le public », commentait-il.

Québec accorde aussi une subvention de 13 700 $ à Notre-Dame-des-Sept-Douleurs pour effectuer des travaux de restauration au centre d'interprétation de l'école Michaud, situé dans un territoire visé par un plan d'implantation et d'intégration architecturale. Construit en 1938, ce bâtiment typique des écoles de rang a conservé ses caractéristiques architecturales et demeure un élément patrimonial significatif de l'île Verte.

Pour assurer la pérennité de l'édifice qui a d'importants problèmes de structure, on procédera à des travaux urgents de réfection du mur du côté est du centre d'interprétation. Les travaux estimés à 27 500 $ seront assumés à parts égales par Québec et la municipalité.

Depuis quelques années, élus, gens et organismes de la communauté travaillent de concert à mettre l'île en valeur en misant sur son potentiel patrimonial. L'île Verte est devenue un attrait incontournable et constitue un élément important dans l'offre touristique du Bas-Saint-Laurent.

La contribution du MCCCF provient du Fonds du patrimoine culturel québécois, mis sur pied en septembre 2006. Rappelons que l'objectif de ce fonds est d'accroître et de stabiliser les subventions destinées au patrimoine.

Publicité

Commentez cet article