Publicité

3 mai 2011 - 01:05

La vague orange déferle sur Rimouski-Neigette – Témiscouata - Les Basques

Trois-Pistoles - La vague orange aura finalement emporté le député bloquiste sortant Claude Guimond et porté au pouvoir le candidat néo-démocrate Guy Caron dans la circonscription de Rimouski-Neigette – Témiscouata - Les Basques.

Une surprise de taille alors que plusieurs croyaient le bloquiste bien en selle, c’est le candidat de Jack Layton qui l’a emporté avec une majorité de 5 107 voix (43,03 %).
Sur les ondes de CIEL-FM, Guy Caron qui ne pouvait être présent lundi soir dans la circonscription a souligné à l’animateur Daniel St-Pierre avoir hâte de relever ce nouveau défi.

À lire aussi :

  >>
Bernard Généreux réélu

« Je n’ai pas d’expérience, mais je travaille déjà à Ottawa et une partie de mon travail c’est les relations intergouvernementales, je connais déjà les rouages du gouvernement fédéral alors je me sentirai déjà à l’aise même si c’est évident que j’aurai un petit apprentissage à faire. » 

Le nouvel élu a ensuite mentionné qu’il entrevoyait relever ce défi avec beaucoup d’enthousiasme. S’il explique les résultats par la vague néo-démocrate qui a déferlé sur le Québec, Guy Caron a tout de même rappelé qu’il en était à sa troisième campagne dans la circonscription. « Les gens savaient ce pour quoi je me battais (…) et je suis bien content de la confiance que m’ont donnée les gens », a-t-il souligné.

Outre le charisme de son chef, il a aussi expliqué que les succès de son parti aux présentes élections s’expliquent par l’ouverture de son parti à la réalité du Québec. « Nous avons une ouverture vis-à-vis le Québec qui n’est pas vue dans les autres partis fédéralistes, le NPD est le seul parti à reconnaître le Québec comme nation au sein du Canada, et à reconnaître aux Québécois le droit à l’autodétermination », a soutenu Guy Caron.

Pour la région, M. Caron entend se concentrer sur certaines priorités régionales. Il a déjà ciblé l’exode des jeunes, l’établissement d’une table de concertation et de jeter les bases pour tenter de développer une technopole des énergies renouvelables pour la région.

Claude Guimond

Pour Claude Guimond, la débâcle est totale. Il s’incline avec seulement 30,8 % des voix, soit 12 853 votes. La défaite a un goût amer, au point où le député s'est fait avare de commentaires, mentionnant seulement : « Je suis très très très surpris. On pouvait difficilement s'attendre à un tel résultat », au confrère Jean-François Bouchard du Journal L'Avantage.

Bertin Denis

Le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis, termine bon troisième avec 6 067 votes, ce qui représente 14,54 % des voix. Après son congé qui se termine le 10 mai, M. Denis a confirmé son intérêt pour reprendre son poste.


Publicité


Publicité

Commentez cet article