X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Négociation des employés de soutien scolaire du Bas-Saint-Laurent

durée 12 novembre 2022 | 13h28
  • «Sans le personnel de soutien scolaire, qu’est-ce qui arrive ? Eh bien, l’école prend le bord !» déclarent d’une seule voix les porte-paroles des quatre syndicats du soutien scolaire de la région du Bas-Saint-Laurent, alors que des délégations de membres de chaque unité ont tenté de présenter en personne leurs revendications syndicales à la direction de leur établissement respectif pour la négociation du secteur public qui s’amorce. 

    Les syndicats de soutien scolaire des Monts-et-Marées, des Phares, du Fleuve et des Lacs ainsi de Kamouraska-Rivière-du-Loup sont membres du secteur scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), qui représente le plus grand nombre d’employés de soutien scolaire au Québec. 

    «Que ferait le réseau scolaire sans nous ? Ça irait très mal. Ça va déjà très mal, en fait. Pourtant, le caractère essentiel de notre travail est loin d’être reconnu à sa juste valeur. Les médias en parlent beaucoup ces derniers mois, la pénurie de personnel dans les établissements scolaires est grave. Et c’est loin de se limiter à une pénurie de professeures et de professeurs», poursuivent en chœur les représentants de chacun des syndicats. 

    «Des problèmes, il y en a. Le ratio élèves/éducatrices dans les services de garde est de moins en moins respecté. Les actes de violence envers le personnel sont en augmentation. La précarité est une réalité pour une grande partie d’entre nous. Et il y a tellement d’autres problèmes qui compliquent grandement le travail du personnel en place, quand ils ne les font pas carrément quitter le réseau. Nous avons à cœur notre travail et nous voulons contribuer à améliorer le réseau dans lequel nous travaillons. C’est pourquoi, dans le cadre de cette négociation, nous avons présenté 82 revendications à nos employeurs pour régler les problèmes», explique Annie Charland, présidente du secteur scolaire de la FEESP-CSN. 

    «Le message que nous envoyons à nos directions est que cette négociation doit impérativement améliorer nos conditions de travail afin d’attirer et de retenir le personnel de soutien scolaire. En contexte d’inflation et de pénurie de main-d'œuvre aussi grandes, c’est la seule solution», termine Geneviève Plourde, vice-présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent CSN pour le secteur public et porte-parole du syndicat du soutien scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup.
     

    commentairesCommentaires

    0

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h59

    Un nouveau mode de taxation ne fait pas l’unanimité à Saint-Mathieu-de-Rioux

    Le conseil municipal de Saint-Mathieu-de-Rioux a adopté le 5 décembre un nouveau système de taxation qui entrera en vigueur en 2023. Une première moitié de la taxation sera perçue selon la valeur foncière des propriétés et l’autre moitié sera divisée par le nombre d’immeubles imposables sur le territoire. Il s’agit d’une taxe spéciale pour ...

    7 décembre 2022 | 11h29

    Amélie Dionne élue vice-présidente à la Commission de la culture et de l’éducation  

    La députée de Rivière-du-Loup – Témiscouata, Amélie Dionne, a été nommée vice-présidente de la Commission de la culture et l’éducation et membre de la Commission de l’aménagement du territoire, le 6 décembre dernier, lors de la répartition des fonctions pour l’ensemble des commissions. Une commission est un groupe de travail composé d'un nombre ...

    7 décembre 2022 | 6h58

    Un toutou et un conte pour les enfants de la région

    Le Clup Optimiste de Rivière-du-Loup a procédé à la distribution de 1150 toutous dans plusieurs écoles de la région ce 5 décembre. Pour cette 22e édition, en plus de recevoir une peluche, les enfants en maternelle obtiendront un petit conte qui raconte l’histoire de leur nouvel ami. Cette nouveauté a été développée par l’enseignante de sixième ...