X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Medway : Rivière-du-Loup en éveil n’a pas dit son dernier mot

durée 9 novembre 2022 | 15h37
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    Le Groupe Medway a peut-être le feu vert pour la construction du Complexe santé Rivière-du-Loup depuis quelques jours, mais les citoyens qui militent contre sa concrétisation sont toujours aussi déterminés à poursuivre leur combat. Une dizaine de résidents du secteur, réunis devant le chantier, ont assuré qu’ils n’avaient pas dit leur dernier mot dans ce dossier, ce mercredi 9 novembre. 

    La corporation citoyenne Rivière-du-Loup en éveil, formée ces dernières semaines, maintient sa volonté de se tourner vers les tribunaux afin de faire valoir ses arguments. Son président, Pierre Landry, assure que toutes les pistes sont actuellement explorées et qu’un recours à la Cour supérieure n’est non seulement pas exclu, mais souhaité. 

    «La Cour supérieure nous semble être maintenant notre seule option. Il est évident qu’on aurait aimé agir de façon à faire arrêter les démolitions. Malheureusement, ce n’était pas possible, mais on va continuer de travailler et faire tout ce qu’on peut pour que cette construction-là ne se fasse pas», a-t-il déclaré. 

    Il estime toujours que le dossier n’est pas clos et que la guerre n’est pas terminée. «Nous avons perdu une grosse bataille, mais la ville et ses citoyens et citoyennes aussi. Je comprends que certains sont en faveur et qu’ils parlent de progrès, mais à nos yeux, le progrès peut se faire d’une autre façon. Ce projet-là aurait pu être recevable et acceptable à peu près n’importe où ailleurs», a-t-il plus tard ajouté, alors que les bruits de scie à chaine et de machineries lourdes se faisaient entendre sur le chantier derrière lui. 

    Rivière-du-Loup en éveil prétend encore aujourd’hui que la Ville de Rivière-du-Loup a autorisé le promoteur à aller de l’avant «sans aucun respect pour son plan d’urbanisme» et «en flagrant déni du règlement qui régit les Plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA)». C’est sans cachette qu’elle compte se battre sur ce front.

    «Le projet est cautionné par la Ville de Rivière-du-Loup. Notre objectif, c’est de la cibler, puisqu’il y aurait encore possibilité d’arrêter ce projet-là, s’il y avait une volonté politique.»

    CAMPAGNE DE SOCIOFINANCEMENT

    Afin de poursuivre les démarches du côté judiciaire, lesquelles pourraient être très dispendieuses, la corporation Rivière-du-Loup en éveil a besoin de fonds. C’est pourquoi elle a lancé une campagne de sociofinancement, dont l’objectif actuel est de 10 000 $. 

    «On fait appel à l’ensemble de la population de Rivière-du-Loup, a lancé Pierre Landry. Pour engager de tels combats, on a besoin de ressources juridiques et ressources financières.»

    Au moment d’écrire ces lignes, 900 $ avaient été récoltés. 

    IMPACTS SUR LES ENTREPRENEURS

    Par ailleurs, Pierre Landry s’est dit sensible à la réalité des entrepreneurs du centre-ville dont les projets ont récemment été mis sur la glace en raison de la contestation devant la Commission municipale du Québec. Il précise aussi comprendre leurs craintes à l’effet que de nouvelles démarches devant la Cour supérieure pourraient à nouveau les toucher. 

    «Ce sont des dommages collatéraux qu’on n’avait pas prévus du tout. On a fait la demande à la CMQ, sans savoir que ça allait geler l’ensemble des travaux prévus au centre-ville», a d’abord mentionné M. Landry à ce sujet. 

    «Pour nos actions futures, qui ne se feront pas dans l’immédiat, on ne croit pas qu’elles vont nuire aux entrepreneurs de Rivière-du-Loup, du moins ce n’est pas du tout notre dessein. Ce n’est pas du tout notre intention.» 

    Plus de détails suivront... 

     

    commentairesCommentaires

    4

    • YC
      Yves Courbron
      temps Il y a 2 semaines
      Ouf j'aurai tout vu. Je croyais que GOfundme était là pour aller chercher des dons pour les gens malades dans la misère et non pour des intérêts privés qui veulent se servir de cet argent pour faire une contestation judiciaire contre la volonté de la majorité en faveur de ce projet. De grâce gens de Rivière-du-Loup laissez ces personnes payer de leurs propres moyens cette contestation. Gardez votre argent pour des gens qui en ont vraiment besoin.
    • FG
      François Genest
      temps Il y a 2 semaines
      Dans les temps anciens, bien avant la venue de Medway chez-nous, les habitants de Rivière-du-Loup et de tout l’Est du Québec se réjouissaient de l’arrivée de n’importe lequel porteur d’argent: du bel argent dépensé « chez-nous », sans égard à l’environnement, à son intégration dans le milieu urbain, à ses effets sur le tissu social. Il suffisait que l’argent rentre et ce serait bon pour tout le monde. On croyait alors que l’argent « ruisselle », qu’il enrichit toutes les couches de la population par sa simple présence aux mains de quelques riches patrons ou propriétaires. C’était au 20ème siècle. C’est un mythe bien tenace, puisque plusieurs de nos « élites » y croient encore. Or, l’argent ne ruisselle pas vers le bas, vers les moins fortunés. Il tend à s’accumuler dans les mains de ceux et celles qui en ont le contrôle. Combien de personnes riches vous diront qu’elles ont assez d’argent? On comprend la motivation des promoteurs de Medway pour venir bâtir ici mais à qui d’autre ce projet peut-il bien profiter? Est-ce l’ensemble des citoyens de Rivière-du-Loup?

      Quand vous ajoutez des dizaines et des dizaines de logements à un prix près du double du montant de location moyen des loyers existants, vous tirez inévitablement le coût de tous les logements vers le haut. Quels propriétaires ne seraient pas tentés de hausser le prix de leurs loyers en fonction des nouveaux logements de Medway? Je les entends déjà: « Si tu n’es pas content, tu as juste à aller chez Medway! » Encore une fois, les possédants propriétaires bénéficieront de l’arrivée d’un nouveau joueur, Medway, et les autres (la majorité) vont en payer le prix.
      En plus, quel besoin Rivière-du-Loup a-t-elle de densifier son centre-ville? Est-ce que la revitalisation passe nécessairement par la densification? Le projet actuel de Medway ressemble plus à une défiguration du centre-ville qu’à un exercice de revitalisation. On se croirait à l’époque du « Think Big, stie! ».Si on veut vraiment permettre la construction d’un tel édifice, qu’on le fasse dans un environnement qui lui convienne, par exemple à l’entrée ouest de la ville. Celle-ci permettrait d’ailleurs d’absorber beaucoup plus efficacement l’accroissement important de la circulation automobile engendré par le projet. Si le projet demeure sur la rue St-Louis, il est facile de prédire le mécontentement des automobilistes actuels et futurs concernant la circulation dans ce secteur. Et dire qu’on veut ajouter des cliniques et autres activités qui vont accroître encore plus la circulation.

      Je ne comprends pas pourquoi, au 21ème siècle, ce sont encore les promoteurs privés, un petit groupe de personnes, qui décident du développement de la ville. Pourquoi la ville ne propose-t-elle pas un plan de développement qui indique aux promoteurs les endroits où on veut voir tel ou tel type de bâtiment être construits?
    • YB
      Yves Bérubé
      temps Il y a 2 semaines
      M. Yves Courbron, je suis entièrement d'accorf avec vous.
    • YB
      Yves Bérubé
      temps Il y a 2 semaines
      M. François Genest, toute une dissertation pour tenter de nous expliquer votre non-acceptation de ce projet et pour nous donner des explications sur VOTRE vision du progrès !
    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 10h20

    L’église de L’Isle-Verte sera chauffée jusqu’au 31 décembre

    Le chauffage de l’église de L’Isle-Verte est assuré jusqu’au 31 décembre, à la suite de mobilisation de gens d’affaires et de la communauté. La nouvelle a été annoncée aux paroissiens le 27 novembre lors de la messe tenue à l’église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste. Stéphane Ouellet de Litière Ouellet, Alexandre Côté de Cotech et XMetal ...

    Publié à 6h58

    L’UPA demande un meilleur soutien pour les producteurs agricoles

    En marge de l’assemblée générale annuelle de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) du Bas-Saint-Laurent le mercredi 23 novembre à Rivière-du-Loup, le président Gilbert Marquis et le président de l’UPA nationale, Martin Caron, ont demandé aux deux paliers gouvernementaux la mise en place d’un programme d’aide spécifique pour ...

    27 novembre 2022 | 9h25

    Les marchés publics : un maillon important pour l’accessibilité des produits locaux au Bas-Saint-Laurent

    Imaginez 37 producteurs-transformateurs locaux, 14 marchés publics et 36 intervenants du milieu réunis autour des thématiques de la consolidation et du développement des marchés publics au Bas-Saint-Laurent, le tout agrémenté d’un repas mettant en valeur des produits d’ici. C’est ce qui s’est déroulé le 4 novembre dernier lors du Forum sur l’avenir ...