Publicité

22 septembre 2022 - 06:56

Le Bas-Saint-Laurent sous la moyenne québécoise de fréquence de consommation d’alcool

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le houblon est populaire dans la région du KRTB et réunit des milliers de festivaliers chaque été. La bière constitue l’élément central d’au moins trois festivals dans la région: Témis en bière, l’Oktoberfest et le Bière Fest. Selon les données d’Éduc’alcool, 57 % des résidents du Bas-Saint-Laurent consomment une boisson alcoolisée une fois par semaine ou plus, une donnée qui se situe sous la moyenne provinciale, malgré ces nombreux rassemblements. 

«Ce qu’on peut deviner ou analyser c’est que, dans les mœurs, la consommation excessive ne fait pas partie de ce qui est valorisé, 
puis au niveau de l’acceptabilité sociale, on ne banalise pas l’alcool», soutient Geneviève Desautels, directrice générale d’Éduc’alcool.

La moyenne du Québec se situe quant à elle à 60 %  des résidents consommant une boisson alcoolisée une fois par semaine ou plus, selon le rapport exécuté aux deux ans par CROP pour le compte d’Éduc’alcool. Même si certains pourraient penser qu’avoir trois festivals autour de la bière sur le territoire ferait augmenter la statistique, Geneviève Desautels, directrice générale d’Éduc’alcool croit le contraire. 

Elle relate que, lors de ces évènements, les gens apprennent à goûter, dégustent la bière sans en faire un concours de vitesse. Selon elle, ils permettent d’éduquer la population à consommer de façon responsable et consciente. «C’est pour ça qu’on aime y être associé», confie-t-elle, en mentionnant que l’organisme tenait un kiosque au Bière Fest de Rivière-du-Loup les 15, 16 et 17 septembre derniers.

LES HABITUDES DES BAS-LAURENTIENS

D’après l’analyse des sondages, 
Mme Desautels affirme que les habitudes de consommation des Bas-Laurentiens sont les mêmes que celles observées au Québec. Soixante-dix pourcent de la population consomme de l’alcool modérément ou pas du tout et 30 % en boit de manière excessive, soit plus de quatre boissons pour une femme et cinq verres pour un homme au cours d’une même soirée.

«J’entends souvent les gens dire “En autant que tu ne conduises pas“, mais ce n’est pas ça. C’est vrai qu’il faut s’assurer d’être prudent lors de la conduite automobile, mais ce n’est pas parce qu’on ne conduit pas qu’il faut boire de façon excessive» 
Les données relevées par le sondage de CROP permettent à Éduc’alcool de mieux cibler ses actions par région. Ainsi, pour le Bas-Saint-Laurent, l’organisme promouvoit l’alternalcool. «C’est le concept d’alterner avec une boisson alcoolisée et une boisson non alcoolisée», explique Geneviève Desautels. Cette tactique, qu’elle souhaite faire entrer dans les mœurs des citoyens, permet de faire diminuer sa consommation d’alcool et aussi de laisser le temps à son corps de mieux le filtrer.

Rappelons qu’en 2019, le Bas-Saint-Laurent affichait un taux identique à celui du Québec, 
soit 56  %. En 2020, le Québec a rapporté 
339 accidents mortels sur ces routes, dont 
49 causés par les facultés affaiblies en lien avec l’alcool. Nombreux accidents mineurs surviennent aussi en raison de l’alcool au volant. La semaine dernière, Info Dimanche a été mis au courant de quatre accidents de ce genre sur son territoire. 

La directrice générale d’Éduc’alcool souligne que même si la tendance des accidents causés par l’alcool est en baisse, il est important de continuer la sensibilisation.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article