Publicité

2 septembre 2022 - 06:59

La ministre fédérale Pascale St-Onge en tournée dans la région

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

En route vers la réunion du caucus des députés du Québec en Gaspésie, la ministre responsable de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec et ministre des Sports, Pascale St-Onge, a discuté de ses priorités, tant pour l’accompagnement des entrepreneurs aux prises avec des enjeux de main-d’œuvre que pour les athlètes désirant pratiquer leur sport dans un environnement sécuritaire, exempt d’abus de toutes sortes.

Attablée au Café L’Innocent de Rivière-du-Loup, elle a abordé de front ces deux enjeux qui feront aussi partie des discussions en préparation de la rentrée parlementaire fédérale. Pascale St-Onge explique que de nombreuses discussions avec les entrepreneurs portent sur les enjeux liés à la main-d’œuvre et à l’accessibilité au logement. «Ça peut devenir un frein au développement économique, si on n’est pas capable d’avoir la main-d’œuvre et si elle ne veut pas venir dans certains endroits, faute d’avoir accès à du logement.»

Elle affirme que le gouvernement fédéral est préoccupé par cette question et qu’il a la volonté de travailler avec les municipalités et le gouvernement du Québec pour répondre aux besoins des communautés, bien que le logement soit de juridiction provinciale.

La ministre ajoute que Développement économique Canada investit dans les entreprises souhaitant amener des changements technologiques en se robotisant ou en améliorant la chaine de production pour contrer les effets de la pénurie de main-d’œuvre.

«Les entreprises doivent répondre aux exigences des grands donneurs d’ordres qui veulent améliorer leur bilan environnemental pour répondre à la crise climatique […] Il y a un potentiel de croissance du côté de l’économie circulaire. C’est une belle porte pour permettre aux PME de trouver des débouchés pour leurs déchets, pour que les dépenses deviennent des sources de revenus», précise Pascale St-Onge.

Des aides financières totalisant 30 M$, dont 9,4 M$ de DEC Canada ont été annoncées en février 2022 pour l’organisme les Halles d’innovation et de formation avancée pour la construction d’un centre d’innovation à Rivière-du-Loup.

VOLET DES SPORTS

Le gouvernement du Canada a investi en 2022 un montant de 80 M$ pour soutenir des programmes pancanadiens de sport communautaire, dont la Fondation Bon départ de Canadian Tire, Aviron Canada et SportJeunesse Canada, ainsi que Femmes et sport au Canada. «La COVID-19 a fait en sorte que beaucoup de gens ont arrêté de pratiquer une activité physique. En terme de santé publique et d’impacts sur la société, sur la santé mentale, ça nous préoccupe énormément», explique la ministre Pascale St-Onge.

Par ailleurs, le travail du Bureau de la commissaire à l’intégrité dans le sport a commencé ses activités le 20 juin afin de mettre fin aux abus sexuels, physiques et psychologiques et à la maltraitance chez les athlètes de haut niveau. Un montant de 16 M$ a été investi pour concrétiser cette mesure. «Le fait qu’on en parle aujourd’hui, ça participe à la sensibilisation et à l’éducation. C’est la clé numéro un», croit Pascale St-Onge.

Ce nouvel organisme indépendant est habilité à recevoir les plaintes des athlètes, mener des enquêtes, émettre des sanctions et des recommandations. D’ici au mois d’avril 2023, la ministre des Sports veut que l’adhésion à l’organisme soit un critère de financement obligatoire pour le gouvernement du Canada. Elle indique qu’il est primordial de briser la culture du silence autour de ces abus et d’éliminer dès le début les comportements toxiques dans le sport. Elle montre de l’ouverture à ce que les provinces adhèrent à cette manière de fonctionner du gouvernement fédéral pour que les athlètes des niveaux local, communautaire, provincial ou national sachent vers qui se tourner lorsque des situations de mauvais traitement ou d’abus se produisent.

Le financement de Hockey Canada a été bloqué par le gouvernement fédéral après les révélations concernant le règlement d’une poursuite avec une femme qui alléguait avoir été agressée sexuellement par les membres d’une équipe junior masculine en 2018 en Ontario. Les membres de l’équipe canadienne junior de 2003 font aussi l’objet d’une enquête pour une agression sexuelle présumée en Nouvelle-Écosse. «Il y a énormément de travail à faire au niveau de l’organisation pour améliorer la situation et faire en sorte que les joueurs, comme tous les membres de l’organisation, sont imputables et responsables de leurs actions.» Le président du conseil d’administration de Hockey Canada, Michael Brind’Amour a démissionné le 6 aout.

Publicité


Publicité

Commentez cet article