Publicité

28 juillet 2022 - 06:03 | Mis à jour : 08:51

Excuses du pape François envers les Premières Nations du Canada

«Ce n’est qu’une première étape» -Jacques Tremblay

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le pape François, arrivé en sol canadien à Edmonton ce 25 juillet, a prononcé un discours adressé aux Premières Nations du Canada concernant le drame des pensionnats autochtones. Le Grand Chef de la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk, Jacques Tremblay, accueille les excuses qu’il a trouvé sincères, mais estime que ce n’est qu’une première étape dans leur acceptation.

Selon lui, il doit y avoir d’autres étapes soient celles de la réconciliation et de la guérison. Une rencontre privée entre l’évêque et vingt personnes issues des Premières Nations de l’Ontario, du Québec, du Labrador et des Maritimes ainsi que des survivants des pensionnats autochtones est prévue le 29 juillet à Québec.

«Le passé a été très difficile», indique M. Tremblay, ne cachant pas les nombreux torts causés aux Premières Nations. D’après lui, la reconnaissance des actes est louable et importante, mais qu’il faut s’assurer d’une suite pour éviter que les efforts effectués tombent à l’eau. 

Lors de la rencontre, Richard Bélanger, chef-conseiller à la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk, sera le représentant. Lors du huis clos, le pape écoutera notamment les témoignages de survivants. Le Grand Chef espère qu’après cet évènement, une annonce sera faite pour assurer les prochaines étapes de la réconciliation et de la guérison des Premières Nations. Il souhaite qu’éventuellement, un accès aux archives soit disponible pour leur peuple afin de bien connaitre la situation vécue par leurs survivants.

»À LIRE AUSSI: La Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk reçoit favorablement les excuses adressées par le Pape François
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article