Publicité

27 juillet 2022 - 06:30 | Mis à jour : 8 août 2022 - 17:08

Un legs de 100 000 $ pour la Corporation du Domaine les Pèlerins à Saint-André-de-Kamouraska

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le maire de Saint-André-de-Kamouraska, Gervais Darisse, a confirmé que des actions représentant un peu plus de 100 000 $ ont été léguées à la Corporation du Domaine les Pèlerins. Le légateur montréalais, Michel Vézina, a posé une seule condition à la donation : que la municipalité approuve le projet que la corporation souhaitait réaliser avec le montant.

Ainsi, l’organisme et la municipalité ont choisi d’utiliser la somme pour changer le recouvrement de la toiture de la Résidence Desjardins pour aînés. L’évaluation des travaux est estimée à un peu plus de 450 000 $. Une subvention de 128 000$ de la Société d’habitation du Québec a aussi été octroyée à la Corporation. Le nouveau toit sera en acier, contrairement à l’ancien qui était en bardeaux d’asphalte. 

Selon M. Darisse, la toiture durera ainsi plus longtemps, est meilleure pour l’environnement et permettra de réfléchir le soleil, à la place d’en absorber la chaleur en été. «Il y a une question d’uniformisation aussi, confie Gervais Darisse, c’est un gros bâtiment au cœur du village. La toiture de l’église et des bâtiments autour c’est tous en acier».

UN HOMME GÉNÉREUX

Lorsqu’il parle de M. Vézina, le maire aborde directement la générosité de cet homme, qui était aussi un grand ami. Leur amitié s’est développée lorsqu’ils ont travaillé ensemble, de 2012 à 2017, sur le projet d’aboiteau qui ceinture tout le village et le protège des inondations. «C’est grâce à lui si on a été capable de faire un appareil de protection aussi étanche», indique M. Darisse en ajoutant que Michel Vézina a permis la construction d’une digue sur sa propriété où se situe son chalet.

D’après le maire, le légataire détenait des origines familiales dans la petite municipalité. Des parents de l’homme auraient même habité dans la résidence Desjardins. «Comme il avait entendu parler en bien de l’organisation, il a voulu nous donner un coup de pouce», souffle M. Darisse. Il raconte que Michel Vézina était un philanthrope qui souhaitait que l’argent légué soit utilisé pour réaliser un projet tangible, durable, respectueux de l’environnement et conforme à ses valeurs.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article