Publicité

13 juillet 2022 - 11:50 | Mis à jour : 15:04

Conflit réglé avec le département d’expédition de duBreton

Le conflit de travail avec les employés de l’expédition et de la réception de l’usine duBreton de Rivière-du-Loup s’est réglé lors de la rencontre qui avait lieu le 12 juillet. Les membres du Syndicat des travailleurs Viandes duBreton-CSN présents ont voté à 62 % pour les offres de l’employeur, ce qui met fin à la grève illimitée qui durait depuis le 27 avril. 

«Nous sommes heureux d’en être enfin venus à une entente et de reprendre le travail régulier dès lundi!, commente Jean-Philippe Jacques, vice-président aux opérations. J’aimerais souligner le travail effectué par les équipiers-cadres qui ont assuré le maintien des opérations d’expédition pendant le conflit». 

Ce sont donc deux conventions qui ont renouvelées pour une durée de quatre ans avec les deux accréditations syndicales affiliées à la CSN, soit celle des employés de production et de maintenance qui s’est signée le 8 février dernier et celle des employés de l’expédition qui sera signée à la fin de l’été. Ces dernières prendront fin le 8 septembre 2024.

Le syndicat a notamment obtenu l’intégration de toutes les anciennes primes au taux horaire. Il y aura aussi un rattrapage salarial la première année et des augmentations par la suite qui permettront de dépasser les salaires actuellement donnés à Vallée-Jonction. De plus, dans un objectif de rétention de la main-d’œuvre, une prime de «reconnaissance de l’ancienneté» sera distribuée, ainsi qu’une sixième semaine de vacances et une plus grande protection contre la sous-traitance. L’employeur s’est aussi engagé à bonifier sa contribution à l’assurance collective.

Par ailleurs, alors que l’employeur insistait pour pouvoir attribuer à des travailleurs d’autres tâches que celles qu’ils accomplissent habituellement, le syndicat a réussi à négocier de la formation qui permettra aux syndiqués, sur une base volontaire, d’augmenter leur polyvalence.

Finalement, et surtout, de l’avis du comité de négociation, les travailleurs ont réussi à aller chercher du respect pour les relations de travail à venir. «Faire une grève, ce n’est jamais un choix facile. C’est une épreuve pour tout le monde, mais aujourd’hui, on peut dire que ça en a valu la peine. On mérite le respect et on mérite des conditions à la hauteur de ce que nous avons aujourd’hui», indique Éric-Serge Sirois, vice-président du département d’expédition-réception. 

Après deux mois et demi de grève, les employés de l’expédition et de la réception reprendront le travail dès le 18 juillet.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article