Publicité

15 juin 2022 - 10:35 | Mis à jour : 21 juin 2022 - 13:44

Dragage au quai de Rivière-du-Loup: Tenue de la première partie de l’audience publique du BAPE

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement a tenu, le 14 juin au soir à la salle de Congrès B de l’Hôtel universel de Rivière-du-Loup, la première partie de l’audience publique concernant le dragage au quai de Rivière-du-Loup. Cette séance a permis d’informer les gens sur le projet et de connaître les préoccupations des personnes qui ont demandé l’audience.

Josiane Ouellet, conseillère en communication au BAPE, a expliqué que la première partie de l’audience publique est consacrée à la présentation du projet, puis aux questions des acteurs du milieu et des commissaires qui sont répondues par l’initiateur du projet ainsi que les personnes-ressources présentes. «Le but de la première partie, c’est de cerner tous les enjeux autant sociaux, économiques, qu’environnementaux liés projet. C’est vraiment de creuser le projet, d’aller chercher toute l’information qu’on a besoin», confie-t-elle.

En tout ce sont quatre groupes qui ont demandé une audience publique soit le Comité ZIP du Sud-de-l'Estuaire, un groupe de citoyens, le Conseil régional de l'environnement du Bas-Saint-Laurent ainsi que la Société Duvetnor Ltée. Ces derniers ont soulevé leurs inquiétudes du dragage notamment face aux polluants relâchés dans l’environnement, l’impact des travaux sur les espèces animales, dont les bélugas, les données qui ne sont pas récentes, les conséquences du bruit.

«Pourquoi la conclusion principale de l’étude de l’ESP qui annonce une hausse massive des besoins en dragage correspond-elle si bien aux vœux maintes fois exprimés par l’initiateur du projet de la Société des traversiers du Québec, soit celui d’abandonner le site actuel face au coût croissant du dragage et aux complications élémentaires? Quand est-il? Est-ce un hasard ou est-ce une commande qu’on a passée?», a avancé Jean Bédard de Duvetnor.

Cette première séance permet donc autant au BAPE qu’aux citoyens d’être prêts, de se faire une tête pour la seconde partie de l’audience. Celle-ci, qui sera présentée le 19 juillet à la salle de Congrès A de l’Hôtel Universel dès 19 h permettra aux citoyens, municipalités, organismes et autres de présenter leurs opinions, préoccupations, suggestions et observations à la Commission.

La conseillère en communication du BAPE mentionne que la raison pour laquelle autant de semaines sont écoulées entre les deux séances est pour donner du temps aux gens de préparer des mémoires ou une présentation. Mme Ouellet se veut rassurante : elle sait que le terme «mémoire» peut paraitre intimidant, mais assure qu’une page peut être suffisante pour présenter un commentaire en quelques paragraphes. «Il ne faut pas que les gens s’empêchent de participer à cause de cela», ajoute-t-elle. Elle loue l’importance de s’exprimer afin que la Commission puisse se pencher sur tous les aspects qui entourent les travaux de dragage au quai à la Pointe de Rivière-du-Loup.

Les personnes souhaitant partager leurs pensées sur le projet peuvent mentionner leur intention de se présenter devant la Commission avant le 27 juin 16 h. Pour les gens désirant soumettre un mémoire, il est possible de le faire jusqu’au 14 juillet 12 h.

En attendant de connaître le renouvellement ou non du décret décennal concernant les travaux de dragage au quai de Rivière-du-Loup, Bruno Verreault, porte-parole pour la STQ, a mentionné que la société a procédé à une demande standard auprès du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. En effet, l’ancien décret ayant pris fin le 31 décembre 2021, la STQ ne peut attendre au 13 octobre pour la remise du rapport du ministre, les travaux débutant habituellement le 20 septembre chaque année. Ainsi, le dragage pour l’année 2022 s’effectuera sur une zone de moins de 25 000 mètres carrés. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article