Publicité

16 mai 2022 - 11:18

Semaine des victimes et survivants d’actes criminels

C’est du 15 au 21 mai 2022 que se tient la Semaine des victimes et survivants d’actes criminels. Un événement qui vise à sensibiliser la population à ce que peuvent vivre les personnes victimes et à saluer leur courage et leur résilience. C’est aussi l’occasion de mettre en lumière les services et les lois qui sont en place pour leur venir en aide.

Au Québec, 87 553 crimes contre la personne ont été commis en 2020. Chaque année, les Centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) de partout en province ont soutenu et accompagné des milliers de personnes victimes ou témoins d’une infraction criminelle, ainsi que leurs proches. La Semaine des victimes et survivants d’actes criminels a donc aussi pour but de souligner l’engagement de tous les fournisseurs de services et à reconnaître le travail accompli par ces derniers, au mieux-être des personnes victimes.

FAIRE LA DIFFÉRENCE

Le Réseau des CAVAC est plus que jamais reconnu pour son expertise et sollicité pour son travail auprès des personnes victimes. C’est ce qui explique notamment le rôle important qu’il s’est vu confié dans la mise en place des tribunaux spécialisés en matière de violence sexuelle et de violence conjugale. Nos équipes évoluent dans un milieu stimulant rempli de défis à l’heure de changements historiques dans l’accompagnement des personnes victimes. En cette semaine de sensibilisation, nous souhaitons donc inviter ceux et celles qui désirent être au cœur de ce tournant majeur, à mettre leur talent, leurs connaissances et leurs qualités humaines au profit des personnes victimes et témoins d’infractions criminelles ainsi que leurs proches. Nous recherchons des gens motivés à faire la différence, en ces temps où le recrutement de personnel représente un défi.

EN BREF

  • Il y a 17 centres d’aide aux victimes d’actes criminels et un total de 185 points de service partout au Québec.
  • Les CAVAC offrent notamment des services d’intervention post-traumatique et psychosociale, d’accompagnement à travers le processus judiciaire et de l’information sur les droits et recours.
  • Le service est gratuit et confidentiel, qu’il y ait le dépôt d’une plainte ou non.
  • Un acte criminel peut entraîner des conséquences psychologiques (anxiété, peur, colère, cauchemars), physiques (blessures, insomnie, problèmes alimentaires), sociales (isolement, méfiance, peur de sortir), financières (perte de revenus, prise de médicaments, déménagement) et spirituelles (perte de sens, perte de confiance).

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article