Publicité

5 mai 2022 - 06:59

Un besoin urgent d’employés à la Corporation les Loisirs de Rivière-du-Loup

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

La Ville de Rivière-du-Loup n’échappe pas à la pénurie de main-d’œuvre qui sévit dans la région. La Corporation les Loisirs Rivière-du-Loup peine à combler les postes vacants à l’accueil du camping municipal de la Pointe. La situation est également critique à la piscine du Cégep de Rivière-du-loup et elle pourrait avoir des effets sur la disponibilité des plages horaires des bains libres cet été.

Le responsable de la Corporation les Loisirs, Benoit Ouellet, affirme qu’environ 180 relevés d’emploi sont produits annuellement pour les employés saisonniers, qui sont à 80 % des étudiants. Ils travaillent à l’aréna, à la piscine, au camp de jour, dans les gymnases des écoles, à la surveillance de location ou à la Maison de la culture, par exemple.

«Actuellement, il y a un manque de main-d’œuvre et tout le monde s’arrache les employés. C’est l’un des défis, puisque le secteur touristique est très présent et en demande à Rivière-du-Loup», explique M. Ouellet. L’appel de candidatures a été élargi pour inclure non seulement les étudiants, mais aussi les personnes retraitées qui seraient à la recherche d’un revenu d’appoint ou d’un travail à temps partiel.

«Je pense qu’à un certain moment, il y aura un grand questionnement à faire pour les personnes de plus de 65 ans qui veulent encore travailler. Une partie des revenus pourrait être moins imposée. Ils ont l’impression de travailler pour rien», a commenté le maire de Rivière-du-Loup, Mario Bastille. Il rappelle que les sauveteurs doivent avoir suivi leur formation de Sauveteur national et qu’ils sont aussi en demande dans les hôtels, campings et plages publiques de la région.

Le responsable de la Corporation les Loisirs, Benoit Ouellet, ne se met pas la tête dans le sable. «On sait que les emplois à pourboires sont plus lucratifs. Il faut se demander jusqu’où on est prêts à payer et on a revisité les salaires à la hausse pour être concurrentiels», précise-t-il.

Selon ce dernier, la Corporation doit compter sur quatre sauveteurs en période estivale pour assurer une bonne rotation et gérer les horaires de façon convenable pendant l’été. Pour le moment, un seul a été recruté. «Si on ne trouve pas, il va falloir réduire les plages horaires et retirer des bains libres. Trois postes peuvent vraiment faire une différence», ajoute Benoit Ouellet. De la main-d’œuvre supplémentaire, soit 4 à 5 personnes, doit également être embauchée pour l’accueil au Camping de la Pointe. Les heures de travail peuvent s’étaler jusqu’à minuit, ce qui peut être un frein pour des candidats mineurs.

Le conseiller municipal Steeve Drapeau a d’ailleurs pris la parole lors de la séance du conseil municipal du 25 avril afin de souligner le besoin criant de candidats afin de poursuivre l’offre des loisirs cet été. Au cours des derniers mois, certaines plages horaires à la piscine ont dû être fermées en raison d’un manque de sauveteurs. Le maire Mario Bastille souligne que l’objectif est d’offrir toutes les activités au programme cet été.

CAMP DE JOUR

La Ville de Rivière-du-Loup se fait toutefois rassurante, tout le personnel nécessaire a été recruté pour le camp de jour. Le début des inscriptions est prévu le 11 mai. D’après Benoit Ouellet, la possibilité d’avoir un horaire stable de 8 h à 17 h du lundi au vendredi et ses fins de semaine libres facilite le recrutement chez les jeunes. Les employés n’ont pas ménagé leurs efforts de depuis février dernier. De plus, un programme d’aide moniteur a été mis sur pied afin de préparer la relève.  

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • C est pareil partout. Travailler à la retraite n est pas rentable pour les retraites. On redonné en impôt ce que l on gagne. Que le gouvernement agisse. Il y a beaucoup de retraités qui feraient encore quelques heures de travail.

    Claire Dube - 2022-05-04 08:11