Publicité

5 janvier 2022 - 06:59

Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk : une année 2021 très prometteuse

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

La Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk a connu une année 2021 très prometteuse pour son avenir. Lancement d’un livre sur son histoire, signatures d’ententes avec le gouvernement du Québec et plusieurs projets sur la table à dessins ont fait partie de cette vague d’évènements qui ont marqué les derniers mois.

Info Dimanche a parlé au Grand Chef Jacques Tremblay pour avoir son appréciation de ces moments forts pour la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk. On a d’abord abordé le deuxième livre publié sur la Première Nation, le premier plus formel reconnu par la Bibliothèque Nationale. Il a été rédigé par deux membres de l’Université du Québec à Chicoutimi, Camil Girard et Carl Brisson. «Pour la Première Nation, c’est toujours bien d’avoir des volumes qui relatent l’histoire, c’est excessivement important», a mentionné M. Tremblay. Notons qu’en 2019, la Première Nation Malécite de Viger a repris un nom plus représentatif dans sa langue, Wolastoqiyik Wahsipekuk.

Toujours en 2021, les membres de la Première Nation ont effectué une cérémonie de commémoration silencieuse en mémoire des enfants autochtones disparus, des survivants des pensionnats et de leurs descendants. «On le fait évidemment en soutien aux communautés et aux familles qui sont directement affectées. Ce sont des évènements très tragiques, on pense encore une fois qu’il va avoir d’autres malheureuses découvertes comme ça. Notre Première Nation était un peuple semi-nomade qui voyageait selon les saisons, qui n’était pas toujours à la même place; actuellement on n’a pas d’indice qu’il y aurait eu de ces malheureux évènements sur notre territoire, on reste éveillé à ces situations-là», note le Grand Chef.

Au cours de la dernière année, la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk a signé deux ententes avec le gouvernement du Québec pour les terres adjacentes au port de Cacouna incluant la montagne. «C’est vraiment important, c’est la base de tous les autres projets qui vont suivre. On a annoncé dernièrement le projet de site d’observation terrestre des bélugas, ça va aller justement sur la montagne», souligne Jacques Tremblay. Le Grand Chef parle également du projet d’aquaculture qui est à l’étude et qui sera situé sur une terre adjacente au port de Gros-Cacouna. «Tout ça se fait dans le respect des activités normales du port, au niveau du développement économique ça continue. Toutes les terres non utilisées autour, on a eu une entente avec le gouvernement du Québec pour développer nos projets», précise-t-il.

«Je souhaite qu’en 2022, on puisse commencer le site d’observation et la modernisation de notre centre administratif et communautaire, c’est ça qui est sur la planche à dessins. On va continuer nos études pour notre dossier d’aquaculture et aussi le plan de développement de la réserve de Kataskomiq (Whitworth)», explique le Grand Chef.

Jacques Tremblay en est à son deuxième mandat comme Grand Chef de la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk. «Juste la négociation avec Québec pour les terres adjacentes au port, j’ai commencé ça en 2016. On vient de signer en 2021, ça pris quand même cinq ans avant d’être capable d’aller de l’avant avec nos projets», souligne-t-il.

«Mon travail c’est de bien représenter nos membres, de défendre leurs droits et leurs intérêts. Mais on peut faire ça, et c’est très important, en collaboration et en partenariat avec le milieu régional. Depuis que je suis arrivé en 2016, c’est une préoccupation presque quotidienne pour moi. Oui on continue à développer nos projets, on le fait en partenariat avec le milieu régional. C’est important pour nous d’éviter de créer des conflits, tous les projets que l’on a sur la planche à dessins, on ne pourrait pas les faire seul», mentionne le Grand Chef.

«En terminant, je voudrais souhaiter une joyeuse période des Fêtes évidemment à tous les membres de notre Nation, et aux gens du Bas-Saint-Laurent également où est situé notre territoire ancestral. C’est dans la paix et l’amitié que l’on peut continuer à travailler. Je remercie aussi les élus de la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk ainsi que tous nos employés», conclut le Grand Chef Jacques Tremblay.

Publicité


Publicité

Commentez cet article