Publicité

8 octobre 2021 - 10:30 | Mis à jour : 14:16

1,02 M$ pour Précieux Groupe Raffinage de Témiscouata-sur-le-Lac

Dominique Côté

Par Dominique Côté, Vidéojournaliste

En visite dans la région, la ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours, a profité pour annoncer vendredi matin un prêt de 1,02 M$ accordé à la PME de Témiscouata-sur-Lac, Précieux Groupe Raffinage (PGR). Cette somme s'ajoute aux 400 000 $ déjà investis par l’entreprise, pour un total de 1,42 M$.

Ces montants pourront entre autres être utilisés pour l’acquisition d’équipements spécialisés et pour mettre en place un laboratoire et une raffinerie. 

Avec sa technologie de rupture sur le marché canadien, PGR récupère des catalyseurs automobiles afin d’y extraire des métaux précieux se trouvant à l’intérieur, dont le platine, le palladium et le rodium, pour finalement les revendre à des fabricants de catalyseurs neufs. «C’est une augmentation de notre capacité de traitement de catalyseurs», a révélé Éric Lepage, copropriétaire de l’entreprise. 

Cet investissement permettra à l’organisation d’élargir ses horizons et d’acheter des catalyseurs un peu partout sur la planète. «On achète présentement en Amérique du nord et du sud, on commence en Asie et en Europe, donc ça fait une assez bonne différence», s’est réjoui le copropriétaire.  

La ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours, a soutenu que PGR présentait un énorme potentiel pour l’économie du Québec. «L’innovation est bien entendu la clé pour permettre à nos entreprises d’être encore plus productives et plus compétitives à travers le marché, et ça, Précieux Groupe Raffinage l’a bien compris», a-t-elle mentionné. 

L’ajout de ce nouveau volet aux activités de PGR permettra à l’entreprise d’accroître sa capacité de production, de même que de renforcir son expertise déjà bien connue à travers l’Amérique du Nord. «Je sais que Précieux Groupe Raffinage a tout le potentiel qu’il faut pour se distinguer davantage dans son domaine», a ajouté Mme Lecours. Un projet comme celui-ci se traduira en retombées significatives pour le développement économique du Bas-Saint-Laurent, selon cette dernière.

Ce montant a d’ailleurs été accordé par le biais du Fonds de développement économique du gouvernement du Québec, ainsi que par les fonds propres d’Investissement Québec. «En étant responsables de la majeure partie de la richesse des emplois créés dans toutes les régions, les PME sont le moteur économique de notre économie. Comme gouvernement, on a donc le devoir de les appuyer dans leurs projets de croissance et de les aider à se propulser dans une économie nouvelle.»

Présent sur place, Éric Lepage a pris la peine de saluer ses collaborateurs derrière le projet, sans lesquels celui-ci n’aurait pu être rendu possible. «C’est un projet qui est unique au Canada. C’était dur d’avoir des comparables et ce n’était pas toujours facile de comprendre ce qu’on faisait et ce qu’on voulait faire.» M. Lepage a souligné que ses partenaires ont dédié plusieurs efforts afin que le projet se concrétise. 

CRÉATION D’EMPLOIS

Avec ce prêt s’ajoute également la création de trois emplois au sein de l’usine. Puisque les opérations de l’entreprise sont presque entièrement robotisées, les activités de PGR peuvent être assumées par trois personnes seulement. «Ici, c’est trois emplois qui ont été créés, mais trois emplois avec une belle valeur et, ça, c’est important et c’est cher pour notre gouvernement. Avec le type de produit qu’ils font, c’était vraiment un réel besoin», a fait remarquer la ministre.  
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article