Publicité

15 juin 2021 - 06:04

La nouvelle caserne de Rivière-du-Loup maintenant évaluée à 10,6 M$

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 4

La Ville de Rivière-du-Loup estime maintenant que la construction de la nouvelle caserne de pompiers de Rivière-du-Loup coutera environ 10,6 M$, un montant important expliqué notamment – mais pas seulement – par une flambée des couts de certains matériaux de construction en raison de la pandémie. 

Les élus louperivois, accompagnés des directeurs de différents services municipaux, ont fait un état de la situation lors de la dernière séance du conseil municipal. Ils ont expliqué pourquoi, en quelques mois seulement, le cout du projet est passé de 8 350 000 $ à 10 600 000 $, soit une hausse de 2 250 000 $. 

Selon le directeur général de la Ville de Rivière-du-Loup, Denis Lagacé, cette augmentation considérable des couts s’explique d’abord par une hausse fulgurante du cout de l’acier, du bois et du ciment dans le milieu de la construction. Cette situation, à elle seule, a fait bondir la facture d’environ 943 000 $, selon les estimations. 

En avril, la Ville a également découvert qu’une petite partie du sol du terrain où on souhaite établir la caserne, à l’angle des rues Témiscouata et du Cheminot, était contaminée par des hydrocarbures, forçant une dépense supplémentaire de 150 000 $.

À cela s’ajoute également le problème de la capacité portante dudit terrain. Selon les forages effectués, 500 000 $ seront investis pour procéder à l’installation de pieux en raison d’une «capacité portante insuffisante». Enfin, 275 000 $ ont été ajoutés aux frais des honoraires professionnels, directement liés avec les couts de construction du projet. 

ALLER DE L’AVANT 

La mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, a partagé avoir été «choquée», puis déçue, lorsqu’on lui a annoncé la nouvelle de l’augmentation des couts pour le projet. «Au conseil municipal, nous avons dû prendre notre souffle. Nous avons tous été déçus. On a ça à cœur et on trouvait important d’expliquer la situation aux citoyens ce soir», a-t-elle dit en fin de séance.  

Malgré cette mauvaise nouvelle, les élus et fonctionnaires municipaux estiment que la Ville doit aller de l’avant dans ce dossier. D’une part puisque près d’un million de dollars a déjà été investi pour l’achat du terrain et les frais d’honoraires, et de l’autre, puisque les travaux de construction doivent obligatoirement débuter avant le 31 décembre 2021 pour garantir le versement de la subvention gouvernementale de 3 250 000 $ accordée. Le gouvernement a refusé d’offrir une somme plus importante, ainsi que de repousser cette date butoir.  

On a aussi rappelé que la caserne actuelle présente des problématiques importantes et qu’il faut concrétiser des solutions pour les travailleurs qui y œuvrent au quotidien. La CNESST garde la situation à l’œil, semble-t-il. 

«On mettrait trop d’argent aux poubelles. Ça n’aurait pas de bon sens. On ne peut pas recommencer à zéro maintenant, alors il faut le régler [ce dossier]. Même si on attend, ce ne sera pas moins cher dans deux ans, c’est certain. Nous sommes rendus là et tout cela a un coût», a indiqué Mme Vignet. 

Trois règlements d’emprunt différents permettront de couvrir l’ensemble des couts estimés de ce projet d’envergure dans le quartier Saint-Ludger. Le dernier, le plus gros, évalué à 9,6 M$, devrait être adopté à la prochaine séance du conseil municipal. 

Au total, les élus emprunteront tout près de 11 M$ afin d’avoir une marge de manœuvre pour l’ouverture des soumissions. Questionnés sur les options qui se présenteront à eux si jamais les soumissions étaient beaucoup plus chères que prévu, les élus ont mentionné qu’ils allaient évaluer différentes pistes de solution, dont l’utilisation de surplus, du fonds de roulement ou encore des fonds courants. La mise sur pause d’autres projets pourrait aussi être envisagée. «Mais ne nous sommes pas rendus là», a spécifié la mairesse de Rivière-du-Loup.

La nouvelle caserne incendie de Rivière-du-Loup, souhaitée depuis plusieurs années, accueillera tout l’état-major du Service de sécurité incendie actuel. Elle comprendra des espaces de formation pour répondre aux exigences de l’École des pompiers du Québec et permettra d’accueillir des sapeurs 24 h sur 24 qui assureront une garde permanente en caserne, ainsi qu’une centrale de mesures d’urgence et de nombreux équipements (camions, bateau, etc.). 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • Oui, une vraie farce cette saga de la caserne à RDL. Lorsqu'on écoute les assemblés du conseil de ville, on se rend compte qu'il y a quelqu'un qui domine dans ce conseil et les autres sont des moutons. Et que dire du directeur général qui rit en pleine faces des citoyens qui posent des questions au conseil de ville en pleine séance....ouf c'est pas fort. On est mal administré et de toute manière les élections arrivent bientôt et j'espère que la population va prendre note et que le taux de participation aux élections en sera un des plus grand jamais vu.

    Pierre M. Drayaf - 2021-06-16 06:00
  • Une vraie joke que cette saga de la caserne. Il me semble qu'un bon avocat aurait tôt fait de demander l'annulation de la vente, mais ce n'est pas la volonté des élus semble-t-il. Ils tiennent mordicus à bâtir une caserne neuve à 2km des lieux d'action. Et comme ils sont têtus et ne veulent pas comprendre un raisonnement logique, ils vont s'embourber dans leur lubie. Ce qui pourrait arriver de mieux pour les citoyens, ce serait que le projet tarde et retarde au point que la prochaine administration renverse la décision en optant pour un meilleur site...et il y en a ou du moins il y en avait car maintenant le domaine kogan, c'est à oublier.

    gilbert blachon - 2021-06-15 18:02
  • Si je rappelle bien, avant la prise de cette décision, il avait été dit que la transformation de la caserne actuelle aurait coûté environ le même montant que de la délocaliser dans une construction neuve à l'endroit choisi qui est loin d'être un site idéal, considérant sa situation excentrique par rapport à l'ensemble du territoire de la Ville. De plus, il semble qu'il n'y avait aucun autre terrain adéquat; permettez-moi d'en douter ! Je comprends mal qu'il soit dit qu'il faut obligatoirement aller de l'avant avec ce terrain parce qu'il a coûté près d'un million de dollars. Ne pourrait-il pas être remis en vente pour récupérer la mise initiale qui serait appliquer à l'achat d'un autre terrain mieux situé? Également, c'est difficile d'accepter qu'après l'achat du terrain, l'on découvre qu'une partie est contaminée. En bons gestionnaires, il me semble que les décideurs se seraient assurés qu'une telle situation n'existait pas et qu'à tout le moins ils auraient exigé que la correction soit faite par l'ancien propriétaire avant de procéder à la signature du contrat d'achat. Aussi, avant d'envisager de s'engager dans cet achat, les décideurs auraient dû vérifier que la capacité portante était suffisante. Ces 2 surprises ( de 650 000,00$) sont inexplicables. Selon mon opinion, il n'est jamais trop tard pour prendre un recul et envisager d'autres avenues.

    Yves Bérubé - 2021-06-15 13:59
  • quelle mauvaise administration des fonds publics 10 million et rosaire gendron devra aussi etre repare bientot on v parler de fusion pour payer cela

    clement levasseur - 2021-06-15 09:11