Publicité

8 avril 2021 - 15:43 | Mis à jour : 9 avril 2021 - 08:26

Investissements routiers : près de 469 M$ pour le Bas-Saint-Laurent

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Près de 469 M$ seront investis au cours des deux prochaines années pour améliorer les infrastructures routières de la région du Bas-Saint-Laurent, a annoncé la ministre Marie-Eve Proulx le 8 avril. Parmi les chantiers majeurs, on retrouve la poursuite des travaux sur deux tronçons de l’autoroute 85 à Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup et Saint-Honoré-de-Témiscouata et la reconstruction de la route 289 sur 3,1 km à Pohénégamook.

Le ministère des Transports du Québec prévoit aussi l’asphaltage de plus de 12 km de l’autoroute 20 dans le secteur de Saint-André-de-Kamouraska et l’asphaltage des autoroutes 20 et 85 à Notre-Dame-du-Portage dans le secteur de la halte routière vers l’est, sur une distance de 3,1 km.  

«Le maintien et la création d’emplois sur les chantiers auront des retombées tangibles et positives qui profiteront à toute la population. Ces interventions de notre gouvernement favoriseront une relance économique dont nous avons grandement besoin, surtout alors que la pandémie se poursuit», a commenté la ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx. Au total, 22 M$ de plus que l’an dernier ont été investis dans les infrastructures routières.

L’adoption de la Loi 66 permettant l’accélération de certains projets d’infrastructures a devancé de 12 à 36 mois la réalisation de certains travaux dont le réaménagement de la route 293 à Notre-Dame-des-Neiges.

Le premier ministre du Québec, François Legault, s’était engagé à ramener le prolongement de l’autoroute 20 entre Notre-Dame-des-Neiges et Rimouski au Plan québécois des infrastructures (PQI) en 2020. La priorité est toutefois accordée pour le moment à la réalisation de tous les tronçons de l’autoroute 85, l’un des chantiers majeurs dans la province. «Comme ministre responsable, je continue à pousser le dossier en ce sens, mais évidemment ça prend les effectifs pour réaliser ces travaux, c’est l’une des raisons pourquoi la 20 n’est pas remise au PQI cette année», a expliqué Marie-Eve Proulx.

Au cours de la dernière année, les chantiers se sont poursuivis malgré la mise en place des mesures sanitaires. Tous les travaux prévus ont été réalisés dans la région du Bas-Saint-Laurent.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article