Publicité

21 février 2021 - 06:59

Coup de pouce scolaire : le rôle des tuteurs d’espoir

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a annoncé en janvier dernier la mise en place d’une plateforme de parrainage scolaire, une initiative qui tarde à se matérialiser, faute de ressources humaines. Pourtant, depuis 1998, un service de tutorat et de parrainage scolaire est offert par la Maison de la famille du KRTB aux élèves des écoles primaires de la région de Rivière-du-Loup et il se poursuit malgré la pandémie. 

Des bénévoles, appelés tuteurs d’espoir, sont jumelés avec un enfant du primaire qui a besoin d’un coup de main. Avant la pandémie, des rencontres étaient prévues à l’école une à deux fois par semaine, toujours entre le même tuteur et l’enfant parrainé. Une vingtaine d’enfants bénéficient de ce service offert par la Maison de la famille du KRTB chaque année.

«L’aide dépasse grandement les devoirs et les leçons. C’est une relation de confiance qui s’établit entre le tuteur et l’élève. Chacun arrive avec son bagage et le partage avec l’enfant. On demande aux personnes qui s’impliquent de croire en ses capacités de réussite et d’avoir des compétences de base en français et en mathématiques», explique Charles Goulet, responsable du volet de parrainage scolaire à la Maison de la famille du KRTB.

Ce service permet d’agir tôt afin de prévenir le décrochage scolaire. Les tuteurs ont des profils divers, certains sont des étudiants en secondaire 5, au Cégep, des travailleurs ou des retraités. Le tout s’effectue en collaboration avec les écoles et les enseignants. Les rencontres ont migré vers des séances virtuelles depuis que le Bas-Saint-Laurent est passé au palier d’alerte rouge de la santé publique.

PARRAINAGE

La tutrice d’espoir Élaine Dufour de Rivière-du-Loup s’est engagée à faire du parrainage scolaire avec la Maison de la famille du KRTB il y a 12 ans. Elle accompagne Marylou Dolbec, une élève en 6e année à l’école Joly de Rivière-du-Loup depuis maintenant trois ans. Il s’agit donc de sa dernière année de parrainage. Au-delà de lui donner un coup de main avec ses apprentissages, Élaine prête une oreille attentive à Marylou lors de leurs rendez-vous hebdomadaires.

«Je lui explique ma semaine, quand je fais un exposé oral je lui envoie la vidéo et elle m’aide avec mes devoirs aussi. En classe, il y a beaucoup de bruits et je suis moins concentrée. Elle m’écoute et des fois me pose des questions», ajoute Marylou. Un coup de pouce qui est le bienvenu pour sa mère, Cathy Ouellet, qui doit superviser les devoirs et leçons de ses quatre enfants. «Ça m’aide parce que j’ai trois autres enfants qui vont à l’école, en 5e secondaire, en 5e année et en maternelle. Pendant que Marylou est avec sa tutrice en ligne, ça me permet de faire des choses avec les autres», résume-t-elle. La tutrice d’espoir Élaine Dufour n’a que de bons mots pour sa jeune protégée.

«Marylou, c’est une jeune responsable qui est bien organisée. Elle travaille beaucoup à la maison et elle a le soutien de sa mère. Je suis fière de son potentiel. Des fois elle me parle des choses qui vont moins bien à l’école. C’est un aspect vraiment important pour les jeunes de pouvoir jaser à une personne extérieure quand ils ont un problème. Ça fait une grosse différence», explique Mme Dufour. Les liens qu’elle tisse avec les jeunes élèves qu’elle accompagne sont durables, certaines d’entre elles lui envoient des cartes à Noël et lui donnent de leurs nouvelles par l’entremise des réseaux sociaux.

«Faire du tutorat, c’est valorisant pour moi, je suis en arrêt de travail parce que je suis atteinte d’une maladie dégénérative. J’ai travaillé comme travailleuse de rue et dans une Maison des jeunes, ça m’a toujours intéressée», complète-t-elle. Élaine Dufour invite les élèves du secondaire à s’impliquer bénévolement et à faire du parrainage scolaire auprès des jeunes des écoles primaires.

Avant que la région ne tourne en zone rouge, en décembre dernier, les bénévoles avaient accès aux écoles. Depuis, l’accompagnement se déroule à distance. Le volet virtuel a été développé, permettant aux tuteurs qui quittent la région pour les études de poursuivre leur accompagnement. Il est possible d’obtenir plus d’information sur le parrainage scolaire de la Maison de la Famille du Grand-Portage en contactant Charles Goulet au 418-860-4818.

Publicité


Publicité

Commentez cet article