Publicité

3 février 2021 - 16:04 | Mis à jour : 16:05

«Une annonce qui fait du bien» - le Dr Sylvain Leduc

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le Dr Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent, a commenté le retour en zone orange à compter du 8 février prochain qu’a annoncé le premier ministre du Québec, François Legault. «Une annonce qui fait du bien», a-t-il lancé.

«C’est grâce à une amélioration soutenue de la situation épidémiologique au cours des dernières semaines et aux efforts de la population du Bas-Saint-Laurent dans le respect des mesures sanitaires. On a repris le contrôle de la transmission tant chez nos cas que nos éclosions», a mentionné le Dr Leduc. Il a souligné que le Bas-Saint-Laurent a enregistré 5 nouveaux cas au total hier dans 4 MRC différentes. «Cela montre toutefois que le virus existe encore, il va falloir rester extrêmement vigilant», a-t-il ajouté.

Le Bas-Saint-Laurent fait donc partie des six régions qui passeront en zone orange le 8 février prochain, avec des mesures remodelées. Ainsi, le couvre-feu passera à 21 h 30. Les commerces non essentiels pourront rouvrir de même que les salles à manger avec deux adultes par table et des enfants. Il y aura reprise des activités sportives à l’extérieur pour des groupes de 8 personnes de même que certaines activités physiques individuelles ou en duo à l’intérieur comme dans les salles d’entrainement. Au niveau des sports collectifs comme les ligues de hockey, il faudra attendre encore, selon le Dr Leduc, puisqu’il y a eu au Québec de très nombreuses éclosions en rapport avec cela. Il a ajouté que des informations plus précises seront apportées pour les activités sportives et parascolaires.

L’interdiction des rassemblements dans les domiciles et les lieux privés est maintenue. «C’est le lieu où la transmission est la plus risquée et élevée au Québec», a souligné le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent.

Le Dr Sylvain Leduc a également indiqué que les déplacements entre les régions ne sont pas interdits mais pas recommandés. Il a notamment parlé de visiteurs potentiels qui pourraient venir pratiquer le sport de la motoneige dans la région, une activité en croissance pendant la pandémie. Il ne faut pas que les motoneigistes se réunissent dans les relais, puisqu’ils pourront à compter du 8 février s’y arrêter pour manger un lunch.

 

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article