Publicité

9 octobre 2020 - 14:22

Quatre potentiels acheteurs pour le Parc de l’aventure basque en Amérique

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

La saga du Parc de l’aventure basque en Amérique (PABA) a connu de nouveaux développements au cours des derniers mois. Après une faillite il y a quatre ans, être passé aux mains de la Ville de Trois-Pistoles en 2017, et avoir connu des approches d’organismes sans réelle conclusion, voilà que quatre nouvelles organisations ont fait part de leur intérêt à s’installer dans le bâtiment inoccupé depuis décembre 2015.

Le conseil d’administration du PABA a quitté le navire en décembre 2015, avec une dette d’environ 90 000$ à éponger. Au cours des années d’opération de cette entité, la Ville a donné quelques coups de main financiers afin de la garder à flots. Le conseil municipal souhaite que le bâtiment demeure debout, puisque sa construction avait nécessité des investissements d’environ 1,5 M$ en 1996.  Un concours d’architecture avait même été organisé par le ministère de la Culture et des Communications. Le concept gagnant : un bâtiment à la silhouette qui rappelle une baleine ayant la tête hors de l’eau.

«On a décidé de reprendre le bâtiment parce que les gens avaient tellement investi…On ne pouvait pas permettre au potentiel acheteur de le mettre à terre, de récupérer l’acier et de vendre les terrains pour se faire un profit sur le dos des citoyens», explique le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux.

Pendant la crise de la COVID-19, quatre nouvelles organisations ou individus ont manifesté leur intérêt envers le PABA à la Ville de Trois-Pistoles, une agréable surprise selon M. Rioux. «On a commencé les discussions il y a trois ou quatre mois. Le bâtiment appartient à une entité publique, il a une certaine valeur et on ne peut pas le vendre au premier venu. Il va falloir aller chercher des conseils légaux sur la manière de procéder et c’est ce qui se passe présentement. Aussitôt que l’angle légal sera très clair, et qu’on aura réponse à nos questionnements, on sera en mesure de procéder», précise le premier magistrat.

Il croit que de nouveaux arrivants provenant de Montréal et de l’ouest de la province dans la région ont l’intention de saisir cette opportunité de développement à Trois-Pistoles. Jean-Pierre Rioux espère que la Ville de Trois-Pistoles pourra faire une offre de vente avant la période des Fêtes, afin de maximiser les chances d’y voir des activités se développer lors de la prochaine saison touristique. «On a fait savoir nos conditions pour la vente. On ne veut pas que le bâtiment soit détruit et les opérations devront se faire dans un angle touristique ou culturel afin d’assurer une continuité de ce site dans le temps», ajoute le maire Jean-Pierre Rioux.

Ce dernier ajoute que le bâtiment et le terrain sont bien positionnés pour du développement futur, près du quai, un secteur névralgique à Trois-Pistoles, surtout lors de la période estivale. Il sera d’ailleurs appelé à se dynamiser au cours des prochaines années avec l’apport du traversier L’Héritage 1, qui a fait l’objet d’importantes réparations au cours des derniers mois. À noter que les projets d’hôtel d’une cinquantaine de chambres et de salle de congrès pouvant accueillir environ 300 personnes à Trois-Pistoles sont toujours actifs, bien que ralentis par les circonstances actuelles de la pandémie de COVID-19.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article