Publicité

21 septembre 2020 - 06:00

COVID-19 : la Fabrique Marie-Médiatrice d’Estcourt perd 30 000 $

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

«À compter de maintenant, la Fabrique Marie-Médiatrice d’Estcourt est en mode survie», peut-on lire dans un document qu’a fait parvenir l’organisme à Info Dimanche. On y précise également que la Fabrique a perdu une somme de plus de 30 000 $ à cause de la COVID-19, soit l’équivalent de l’argent amassé entre les mois de mars et aout 2019.

Ses responsables soutiennent que la paroisse Marie-Médiatrice d’Estcourt, située à Pohénégamook, est plus touchée que toutes les autres parce qu’elle s’occupe de deux bâtiments. Elle doit bien entendu gérer son église mais aussi le Centre paroissial d’Estcourt dont elle est la propriétaire. «Elle doit donc travailler à assurer l’opération de ces deux édifices», a-t-on souligné.

On explique qu’avant la pandémie, le Centre paroissial d’Estcourt contribuait grandement au financement de la Fabrique Marie-Médiatrice avec des revenus de 25 072 $ en 2019. Les bingos ont rapporté à eux-seuls un montant de 13 182 $. On note aussi la soirée Disco pour 4 814 $, la soirée Country avec 3 135 $, l’activité soupes et desserts 1 241 $ et la location de locaux 2 700 $. Les recettes à l’église en 2019 étaient de 4 943 $ dont 3 816 $ pour les quêtes du dimanche et 1 127 $ pour le concert. Le grand total de mars à aout 2019 s’élève donc à 30 016 $, des chiffres fournis par la Fabrique pour illustrer l’ampleur du manque à gagner financièrement.

Pour rester vivante, la Fabrique Marie-Médiatrice d’Estcourt envisage donc de se tourner à nouveau vers sa population. Les vendredis de bingo sont recommencés depuis le 14 aout 2020 et plus de 20 bénévoles en assurent le déroulement. Elle prévoit également de nouvelles sources de financement. «D’ici quelques jours, les marguillères et marguillers mettront en place les premières démarches d’une campagne de financement qui fera appel à toute la population du quartier Estcourt ainsi qu’à ses anciens paroissiens», a-t-on conclu.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article