Publicité

2 septembre 2020 - 06:55

Le règlement relatif aux animaux à Rivière-du-Loup est en vigueur

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 3

Malgré l'entrée en vigueur du règlement relatif aux animaux, le mardi 1er septembre, les citoyens de Rivière-du-Loup disposent d’une prorogation jusqu'en mars 2021 pour enregistrer leur chat et leur chien. Le règlement qui encadre notamment la possession d’animaux de compagnie le territoire de Rivière-du-Loup a été adopté lors de la séance du conseil du 24 aout dernier.

La Ville de Rivière-du-Loup, plutôt que d’interdire une race en particulier, opte pour une approche réglementaire ciblant les chiens aux comportements potentiellement dangereux.

«Nous sommes déjà en retard, comme toutes les villes du Québec, dû à la COVID-19. Notre règlement est maintenant adopté et nous avons fait le choix de se donner jusqu'à la fin mars 2021 pour être conformes. Nous voulons donner le temps aux gens d'inscrire leur animal et d'obtenir la médaille», souligne la mairesse Sylvie Vignet.

Un délai, espèrent les élus, qui permettra d'éviter que la municipalité soit prise d'assaut avant que son nouveau système ne soit rodé. Ce dernier sera disponible sur le Web. L'enregistrement se fera en ligne et les transactions, via un site sécurisé. Les médailles seront ensuite acheminées par la poste.

ENREGISTREMENT

La période d’enregistrement débutera dès le 30 septembre. Pour les chiens, l'enregistrement initial est de 30 $ incluant la médaille et le renouvèlement annuel sera de 25 $. Pour les chats, l'enregistrement est de 15 $ et le renouvèlement annuel de 10 $. En cas de perte de médaille, les frais sont de 5 $ pour les chiens et les chats.

La médaille municipale n'affichera aucune information personnelle. Seuls le numéro de téléphone de la caserne, le numéro d'enregistrement et le nom de la ville y apparaitront. En communiquant avec la caserne pour fournir le numéro d'enregistrement, le préposé aura alors accès aux informations du propriétaire.

«Si l'appelant donne son numéro, alors le propriétaire sera directement mis en contact avec ce dernier. Sinon, ce sera à la fourrière de récupérer le chien ou le chat et de le remettre à son propriétaire», explique le directeur du Service de sécurité incendie et responsable de la gestion animalière, Éric Bérubé.

RÉGIONALISATION

Ce service d'enregistrement pourrait aussi s'étendre à d'autres municipalités et MRC. Déjà les MRC de Kamouraska, des Basques et du Témiscouata ont manifesté de l'intérêt. Un tel regroupement viendrait aussi réduire l'impact financier du système pour les citoyens.

«Déjà des démarches ont été effectuées, mais encore une fois, avec la pandémie, les priorités ont changé. Avec la reprise des activités, nous espérons que les discussions reprendront sous peu», ajoute M. Bérubé.

RÈGLEMENT

Le nouveau règlement aborde tant le bienêtre des animaux, qu'il s'agisse d'un animal à quatre pattes ou ailé à sa garde et contrôle. Il fixe notamment les limites de nuisance, à l'enregistrement, la garde d'animaux, la déclaration des chiens potentiellement dangereux, aux infractions et recours ainsi que la responsabilité des médecins vétérinaires.

Le montant des amendes liées aux infractions a aussi été revu à la hausse. Le non-respect des consignes de garde est passible d'une amende minimale de 500 $. Dans le cas de l'enregistrement, l'amende minimale est de 250 $ et peut atteindre un maximum de 750 $. Dans le cas des chiens potentiellement dangereux, les amendes peuvent atteindre de 1 000$ à 20 000 $ dans certains cas.

Ces mesures sont déjà effectives, mais la Ville assure privilégier l'information et l'éducation à la répression. «Nous n'en sommes pas là. C'est tout nouveau, nous préférons informer les citoyens que de sévir», assure Éric Bérubé.

Rappelons que dorénavant, les chiens de plus de 20 kilos (44 livres) devront être munis d’un harnais ou d’un licou dès qu'ils se retrouveront dans un lieu public. Les chiens déclarés dangereux après avoir été examinés par un vétérinaire devront obligatoirement être tenus en laisse de 1,25 mètre au maximum en plus de porter une muselière.

Le maximum de chiens dans une résidence est de deux, tandis qu’il est de trois pour les chats. Combinés ensemble, quatre animaux sont tolérés dans une maison, ce qui était déjà le maximum permis à Rivière-du-Loup.

Rappelons que le règlement 2040 se veut au diapason avec la loi 128 du Québec. Rivière-du-Loup a toutefois été plus loin en instaurant des mesures de traçabilité des propriétaires de chats et chiens.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Il faut pas que la ville garde cette argent pour financer des projets qui ont pas rapports aux animaux.

    Christian Bouchard - 2020-09-02 11:46
  • Respectons nos animaux et identifions les! 💗💗 Le beau Sammy ❤❤

    Myriam Courbron Présidente et codirectrice de l'Académie Stella chien d'assistance - 2020-09-02 10:31
  • Pas de problème avec cette taxe mais a quand nous aurons droit a un parc a chien .... Raisonnable pas un projet de luxe comme le dernier . Faire un projet décent sans qu'il en coût des milliers de $$ . Poteau , grillage , banc et eau . Pas plus compliqué que ça ...

    Harold Bouchard - 2020-09-02 10:16