Publicité

30 août 2020 - 06:02

Pavillon-de-l’Avenir : la collaboration des élèves sera la clé de la rentrée

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Dans tous les établissements scolaires de la province, les élèves devront contribuer au succès de la rentrée. C’est d’autant plus vrai dans les centres de formation professionnelle, comme le Pavillon-de-l’Avenir de Rivière-du-Loup, où les enseignements passent par la manipulation, les travaux pratiques…et maintenant la désinfection.

«C’est certain qu’on a différents défis de sécurité qu’on doit prendre en compte de façon plus sérieuse qu’avant, mentionne Benoit Ouellet, directeur du CFPPA, au sujet de cette rentrée scolaire ‘’chamboulée’’. On travaille actuellement sur de l’affichage pour s’assurer que ce soit compris et respecté par tout le monde.»

Parmi les nouvelles règles, on retrouve évidemment le port du couvre-visage, mais aussi la désinfection et le nettoyage des outils, des équipements et des postes de travail. Ce point précis sera primordial afin d’assurer la sécurité de toutes les personnes qui circulent au sein de l’établissement d’enseignement chaque jour.

«Il n’y a pas de secret, les élèves vont devoir faire leur part et réaliser l’entretien et la désinfection de leur poste de travail avant et après chaque usage. C’est une nouvelle routine qu’on doit instaurer, une nouvelle façon de faire qu’il faut accepter», souligne M. Ouellet.

«Par exemple, l’élève qui travaille en soudage-montage va partager des outils et des postes de travail avec d’autres collègues, alors on aura toujours du désinfectant, des lingettes et du papier pour nettoyer en tout temps», poursuit-il.

UNE NOUVELLE RÉALITÉ

Le port du couvre-visage sera, comme partout, obligatoire pour circuler à l’intérieur des murs de l’école. Il sera aussi nécessaire en complément aux lunettes de sécurité (déjà obligatoires en atelier), lorsque la distanciation avec les collègues ou un enseignant ne sera pas possible en atelier ou en classe.   

«Ce qui est certain, c’est qu’il n’y a pas une situation qui va s’appliquer à tout le monde. En santé, le masque sera porté dès le jour 1, parce que les élèves auront l’obligation de l’utiliser dans leur environnement de travail futur. On essaie de se coller le plus possible sur ce qui se fait dans l’industrie, selon le métier», mentionne Benoit Ouellet.

Il concède qu’il faudra souvent faire preuve de souplesse, puisque les élèves n’ont pas tous la même réalité. «Évidemment, un élève qui réalise une soudure tout seul dans son cubicule, avec un casque de soudeur, n’aura pas à porter le masque. Mais il devra le mettre lors de ses déplacements et lorsqu’il aura besoin d’explications de la part d’un prof et que la distanciation ne peut être maintenue.»

AVOIR CONFIANCE

Benoit Ouellet reconnait que la rentrée scolaire sera particulière à certains égards cette année, mais il est aussi confiant que les élèves sauront collaborer et faire en sorte que tout se passe pour le mieux. «Comme dans la société, il y aura toujours des gens qui vont avoir différentes opinions. Il faudra faire avec et s’assurer qu’ils soient proactifs et qu’ils respectent les consignes. Le port du couvre-visage va devenir un élément de notre règlement. Il faut que ça devienne une seconde nature», partage-t-il, soulignant qu’il faut suivre l’exemple des médecins qui n’ont pas le choix de porter le masque au cœur de leur pratique.

Par ailleurs, s’il ne souhaite – comme personne – une seconde vague de la COVID-19, Benoit Ouellet assure que l’équipe du Pavillon-de-l’Avenir de Rivière-du-Loup sera dédiée pour poursuivre son offre de services si l’école devait fermer ses portes. «On a ce souci-là de continuer à distance lorsque ce sera possible. On va être prêts», assure le directeur.

Publicité


Publicité

Commentez cet article