Publicité

29 mars 2020 - 10:17

Au cœur de l'offensive contre le COVID-19

La FIQ obtient des engagements clairs pour les professionnelles en soins

Au cours des derniers jours, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a réalisé des avancées dans ses discussions avec le gouvernement afin d'assurer la santé et la sécurité des professionnelles en soins qui sont sur la ligne de feu dans la lutte contre le coronavirus.

Ces avancées portent notamment sur les éléments suivants :

  • Retirer de manière préventive les salariées enceintes et les personnes immunosupprimées pour éviter tout contact avec des patients atteints ou probablement atteints de la COVID-19. 
  • Fournir les équipements de protection individuelle (EPI) nécessaires à l'intention des professionnelles en soins. 
  • Fournir et entretenir des uniformes à l'intention des professionnelles en soins qui œuvrent auprès des patients atteints de la COVID-19. 
  • Assurer la rémunération des professionnelles en soins en contexte de la COVID-19, selon les mécanismes de la CNESST et de l'assurance salaire. 
  • Maintenir les primes et les suppléments des professionnelles en soins qui seraient appelées à être déplacées.

Ces mesures s'appliqueraient tout au long de l'état d'urgence sanitaire. 

La FIQ poursuit présentement les discussions intensives avec le gouvernement sur d'autres mesures particulières reliées au COVID-19, notamment une rémunération additionnelle pour appuyer les professionnelles en soins et reconnaître leur combat contre le virus.

Il est essentiel de reconnaitre l'apport essentiel des professionnelles en soins, particulièrement en cette période de crise sans précédent. «Nos attentes sont élevées et il y a urgence d'agir», martèle la présidente de la FIQ, Nancy Bédard 

Rappelons que la FIQ avait accepté de débuter une ronde de négociation accélérée avec le gouvernement afin d'assurer la santé et la sécurité des professionnelles en soins qui sont au cœur de l'offensive contre le coronavirus. 

«Nous le disons depuis le début de la crise : il faut des mesures exceptionnelles pour une situation exceptionnelle. Le gouvernement nous offre la possibilité de négocier ces mesures dès maintenant et nous avons accepté son invitation», avait expliqué la présidente de la FIQ, Nancy Bédard. 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article