Publicité
21 février 2020 - 15:33 | Mis à jour : 20:52

Blocage ferroviaire à L’Isle-Verte

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 12

Une vingtaine de manifestants bloquent depuis ce matin le trafic ferroviaire en provenance de l’ouest sur le rail du CN à L’Isle-Verte, sur le territoire traditionnel Wolastoqiyik Wahsipekuk (Malécite). 

Selon les informations récoltées sur place, le blocage se veut en solidarité avec la nation Wet’suwet’en, qui lutte présentement contre la construction par la compagnie Coastal GasLink d’un pipeline de 670 kilomètres sur ses territoires ancestraux, au nord de la Colombie-Britannique. Un campement de soutien a été érigé dans le Parc Municipal Samuel-Côté, à l’intersection des rues Gagnon et d’Auteuil.

L'un des manifestants a confirmé que le groupe est formé majoritairement de non-autochtones sympathiques à la cause défendue par les chefs héréditaires de la nation Wet'suwet'en. Ils ont confirmé leur intention de rester sur place tant et aussi longtemps que la situation n'est pas résolue. Une tente a été installée, et plusieurs d'entre eux s'affairaient à aménager les lieux en pelletant de la neige. Trois monticules de neige ont été formés sur les rails. Le secteur est sous une importante observation policière de la part de la Sûreté du Québec, qui contrôle par ailleurs l'accès au campement.

«Le gouvernement de la Colombie-Britannique a fait une grave erreur. Il ne s’est pas assuré d’avoir une entente avec les chefs héréditaires avant d’autoriser le projet de TransCanada. Il est plus que temps qu’il admette ses torts. Un dénouement responsable passe par l’adoption des quatre demandes des chefs héréditaires : que la province suspende les permis de Coastal GasLink, que la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et le consentement libre, préalable et éclairé soit respecté, que la GRC se retire, et que cesse l’utilisation de la force pour accéder au territoire Wet’suwet’en. Répondre à ces demandes est une obligation morale, politique et juridique» ajoute Maggie une militante présente sur les lieux, par voie de communiqué. Ils demandent entre autres la suspension du projet de pipeline en Colombie-Britannique et que la GRC se retire du territoire de la nation Wet'suwet'en. 

«Les politiciens essaient de mettre en opposition les travailleurs et travailleuses avec les gens qui font les blocages, mais c’est pour détourner l’attention du public des vrais coupables des mises à pied: l’imposture des gouvernements et le support sournois qu’ils offrent à TransCanada malgré l’absence de consentement des chefs héréditaires Wet’suwet’en» explique Stéphanie par l'intermédiaire d'un communiqué. À noter que les manifestants ne veulent pas être identifiés formellement puisqu'ils sont conscients que leurs actions sont illégales. 

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

12 réactionsCommentaire(s)
  • Lorsqu’on est incapable de manifester en montrant son visage, je considère qu’on mérite peu de crédibilité.

    Alain Dubé - 2020-02-25 19:16
  • Cinq têtes brulées , des chefs héréditaires, s'opposent à 13 autres chefs héréditaires et aux chefs de clans et au gouvernement. Franchement, un peu de fierté. Cessez de faire les moutons.

    Doria Ross - 2020-02-23 09:27
  • Une déclarations de plus pour essayer de s'approprier notre territoire "Préoccupée par le fait que les peuples autochtones ont subi des injustices historiques à cause, entre autres, de la colonisation et de la
    dépossession de leurs terres, " qui tente d'appuyer oui de re-déclarer qu'on a été dépossédé de nos terres.

    Alain St-Germain - 2020-02-23 08:33
  • Avez-vous lu le 1er article de la déclaration?

    Alain St-Germain - 2020-02-23 08:20
  • A noter que la Colombie-Britannique est contre ce gazoduc. C’est Trudeau et le gouvernement fédéral qui a pris la décision de réaliser ce projet de gazoduc. C’est le fédéral qui ne s’est pas assuré des droits de passage et non la Colombie-Britannique.

    Gabriel Desjardins - 2020-02-22 13:44
  • Ce ne sont pas des gens qui ont peur de perdre leur emploi en tout cas. Ce qu’ils ont peur, c’est de se faire identifier.

    Gaston Pelletier - 2020-02-22 08:39
  • Encore du monde qui manifeste pour une cause qu’ils les concernent même pas . Au lieu de perdre votre temps allez donc travailler d’abord il y a des jobs en masse

    Éric - 2020-02-21 23:13
  • On a tu des policiers a riviere du loup pour faire respecter la loi a l ile verte ou seulement des donneux de tickets, faudrait savoir

    Robert - 2020-02-21 20:19
  • Aucun indien fait partie des manifestants ce sont justes quelques tetes folles enflees qui veulent faire parler d eux, et nos chers policiers donneurs de tickets qui sont payes par nos taxes pour faire respecter l ordre et pour proteger les citoyens, ils attendent quoi pour aller tasser ces jeunes tetes enfles la, c est ca leur travail au lieu de se cacher derriere une pancarte pour nous coller un ticket, et tous les moyens sont employes pour nous prendre en defaut meme si on a rien a se reprocher, eux ils en trouvent, ils ont la loi dans les main quand ils pourraient faire preuve de discenement.mais on dirait que le discernement ne fait pas partie de leurs enseignements de policier, quel dommage. Enfin regarder ce qui va se passer, Rien pour l ile verte et la gane de ticket, ca, ca va continuer

    Robert - 2020-02-21 18:26
  • Est-ce illegal d'aller détruire les monticules qui bloquent les rails?

    question - 2020-02-21 17:05
  • Bon une autre madame qui connaît pas le dossier qui s’improvise défenseur des droits des indiens. Les chefs avaient approuvés le projet et maintenant il N’ en veulent Pas. (Probablement pour avoir plus d’argent) C’est ça qu’on appelle des gens qui respectent pas ses engagements et sa parole. Ça commence à agacer le peuple. Vous pensez avoir des appuis au contraire Mme la mécanienne ............ Qui a peut être juste le titre.

    Un qui est écoeuré - 2020-02-21 16:35
  • J'espère juste que ce sont des vrais autochtones et non des niaiseux blancs en manque de causes à défendre.

    Richard D. - 2020-02-21 15:43