Publicité
10 décembre 2019 - 06:33

Contrer la pauvreté et l’exclusion sociale au KRTB

Profitant de l’importante mobilisation des communautés, le Collectif régional de développement (CRD) a fait état de l’avancement des travaux de l’Alliance pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent réalisés en partenariat avec le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale. Des groupes de travail à l’échelle des MRC sont à pied d’œuvre pour élaborer des plans d’action visant à contrer la pauvreté et l’exclusion sociale des citoyens de leur milieu.

La participation citoyenne étant au cœur de la démarche, l’invitation est lancée aux personnes touchées de près ou de loin par des situations de pauvreté ou d’exclusion à s’impliquer au sein des groupes de travail dans leur MRC. «Il est important pour nous que les citoyennes et citoyens, quel que soit leur âge, soient partie prenante de la planification et de la mise en œuvre des actions. Il s’agit d’une occasion pour ces personnes de contribuer au développement de leur communauté et de faire en sorte que les planifications répondent vraiment aux besoins des milieux», explique Amélie Bureau, de la Corporation de développement communautaire des Grandes Marées et membre de la Table régionale de l’Alliance pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent. Pour s’impliquer, les personnes intéressées sont invitées à communiquer avec l’agent d’accompagnement de leur région en téléphonant au 438 877-9824, pour les MRC des Basques et de Témiscouata, et au 514 961-8404, pour les MRC de Rivière-du-Loup et de Kamouraska.

À la suite des processus de concertation, huit plans d’action locaux seront déposés à la Table régionale de l’Alliance pour la solidarité en vue d’une mise en œuvre prévue au cours de la période 2020-2023. Rappelons qu’en mai dernier, 6 014 144 $ ont été attribués par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale à l’Alliance pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent et à son mandataire, le CRD. Des sommes variant entre 470 000 $ et 670 000 $ sont déjà réservées au déploiement des plans d’action locaux qui devront s’inspirer du plan de travail établi par la région à l’hiver dernier. Parmi la diversité des projets qui pourront être admissibles, mentionnons des initiatives en matière de sécurité alimentaire, d’accès à l’habitation, de transport, de sports et loisirs, de lutte aux préjugés ou encore des projets favorisant l’intégration de personnes en emploi et en formation.

«Je suis heureuse de constater que nos communautés sont mobilisées pour lutter contre la pauvreté et pour permettre aux citoyennes et citoyens de se sentir à leur place. Je suis convaincue que les plans d’action qui seront élaborés aideront concrètement celles et ceux qui en ont besoin», mentionne Marie-Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

«Nous agissons en cohérence pour relever un défi essentiel à l’avenir de nos communautés, celui d’assurer un développement social favorisant l’épanouissement de toutes les personnes», indique pour sa part Michel Lagacé, président de la Table régionale des élu[e]s municipaux du Bas-Saint-Laurent et membres de la Table régionale de concertation de l’Alliance pour la solidarité. «Je tiens à souligner l’engagement de plus de 200 partenaires au Bas-Saint-Laurent dans ce défi, dont le milieu municipal qui agit comme fiduciaire administratif des Alliances pour la solidarité», ajoute-t-il.

Publicité


Publicité

Commentez cet article