Publicité
28 mars 2019 - 06:00 | Mis à jour : 08:26

Élise Péloquin au cœur du Conseil national du Parti québécois

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Pour Élise Péloquin, secrétaire du Parti québécois dans la circonscription de Rivière-du-Loup – Témiscouata et trésorière sur l’exécutif national du PQ, il est temps pour son parti de se recentrer sur la souveraineté.

«En fin de semaine dernière, nous avons fait un gros pas en avant avec une démarche pour revoir nos façons de faire», a mentionné Mme Péloquin. Elle accompagnait une dizaine de membres de la délégation de la région bas-laurentienne au Conseil national du Parti québécois à Trois-Rivières.

Durement ébranlé par sa défaite électorale du 1er octobre dernier, le PQ ne compte plus que 9 députés à l’Assemblée nationale suite au départ de Catherine Fournier, siégeant maintenant comme indépendante. Une représentation qui provient en bonne partie de l’Est du Québec. Élise Péloquin est confiante que le PQ pourra reconquérir des circonscriptions dans d’autres secteurs de la province. «On travaille fort, on a des militants dans toutes les régions», a-t-elle précisé.

La présence des jeunes a été un élément majeur des débats des membres du PQ au Conseil national, notamment l’obligation d’avoir des délégations composées à 50 % de moins de 40 ans lors d’un congrès extraordinaire, une proposition rejetée. «Ça n’empêche pas les circonscriptions de le faire, c’était l’obligation qui était mise en cause», a noté Mme Péloquin.

La trésorière de l’exécutif national a notamment travaillé avec d’autres personnes pour amener les jeunes péquistes, qui menaçaient de claquer la porte, à se rallier au Conseil national du Parti québécois. Le résultat fut la tenue d’un congrès extraordinaire en novembre prochain afin d’adopter un nouveau texte fondateur, autant le programme que les statuts et règlements du PQ. «Par le congrès, on veut sortir de notre réseau péquiste, ramener les souverainistes au sein du parti», a souligné Élise Péloquin.

La secrétaire du PQ dans la circonscription de Rivière-du-Loup – Témiscouata s’est dite heureuse de voir qu’à la fin du Conseil national du Parti québécois, les 350 délégués avaient adopté le plan d’action pour la refondation de la formation souverainiste. Notons finalement que le chef du parti serait choisi en 2020.

Publicité

Commentez cet article