Publicité
22 février 2019 - 14:40

De la formation en entreprise pour pallier au manque de main-d’oeuvre

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Solidarité sociale, Jean Boulet, s’est arrêté à Rivière-du-Loup le 22 février pour échanger avec les divers intervenants du marché du travail au Bas-Saint-Laurent dans le cadre de sa tournée provinciale. Ces rencontres ont pour but de mettre en place des solutions aux problématiques régionales de manque de main-d’œuvre.

Au Bas-Saint-Laurent, 133 entreprises ont été contactées pour faire partie de cette démarche, et 111 d’entre elles ont accepté d’y participer.  «Le rapport de force entre les salariés et les employeurs est inversé maintenant. On assiste à un changement de paradigme (…) Le taux de vacance est de 3,2 % au Bas-Saint-Laurent, donc 2 500 postes à pourvoir depuis plus de 90 jours», explique le ministre Jean Boulet. Le salaire horaire moyen des postes vacants est de 18,50$. Cette nouvelle réalité est due aux changements démographiques liés au vieillissement de la population et à la forte croissance économique.

AIDE FINANCIÈRE À SIMETECH ENVIRONNEMENT

M. Boulet a par la même occasion annoncé l’attribution d’une aide financière de 377 000$ à l’entreprise Simetech Environnement, une filiale de l’entreprise Campor Environnement Rivière-du-Loup, pour un projet de formation en alternance travail-études.

«Cet appui financier nous a permis de recruter 15 personnes à la suite d’une formation de 765 heures en collaboration avec la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs. Ils seront diplômés en nettoyage industriel et auront également en leur possession leur permis de conduire des camion lourds. L’aide financière nous permet de consolider nos activités et de développer de la main-d’œuvre spécialisée», a précisé Laurent Gagnon, président de Simetech Environnement.

Ce programme de formation de courte durée en entreprise s’inscrit dans la démarche entreprise par le ministère du Travail et la Commission des partenaires du marché du travail pour dynamiser le secteur de l’emploi dans les régions.

«Quinze nouveaux emplois à la suite d’une formation vigoureuse, dans une entreprise de chez nous, au Témiscouata, c’est l’une des solutions pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre», ajoute le député de Rivière-du-Loup –Témiscouata, Denis Tardif.

L’enveloppe totale du Programme de formations de courte durée privilégiant les stages dans les professions priorisées par la Commission des partenaires du marché du travail pour 2019-2020 est de 15M$.

La démarche entreprise par le ministère du Travail compte quatre volets principaux, soit l’intégration des personnes (immigrantes, handicapées, expérimentées ou judiciarisées) au marché du travail, l’adaptation de la main-d’oeuvre à l’aide de formation continue, la préparation de la futur main-d’œuvre et l’accroissement de la productivité des entreprises.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Je suis intéressé par cette formation

    Amadou Lamarana bah - 2019-02-23 22:33