Publicité
6 février 2019 - 06:28

Élaboration d’exercices en situation d’urgence… de la théorie à la pratique

Le 2 février dernier à la Salle municipale de Saint-Louis-du-Ha! Ha! avait lieu un colloque en sécurité civile. Pour une quatrième année consécutive, l’Association des Pompiers de l’Est-du-Québec, conjointement avec le ministère de la Sécurité publique du Québec, a donné ce rendez-vous annuel.

Le programme présenté était «l’élaboration d’exercices en situation d’urgence... de la théorie à la pratique» donné par un formateur accrédité par le ministère de la Sécurité publique du Québec.

Une belle brochette de participants en provenance de la Mitis, Saint-Luce, Saint-Antonin, Cacouna, Saint-Honoré, Saint-Pierre-de-Lamy, Packington, Saint-Marc-du-Lac-Long, Saint-Eusèbe, Saint-Jean-de-Dieu, Témiscouata-sur-le-Lac, Saint-Athanase, Saint-Alexandre-de-Kamouraska, Dégelis, Rivière-Bleue, Squatec, Saint-Elzéar et Saint-Louis-du-Ha! Ha! se sont réunis à titre de directeurs des services incendies, coordonnateurs des mesures d’urgence, maires, préventionnistes et conseillers municipaux pour optimiser l’état de préparation aux urgences par des exercices et la mise en place d’une culture en matière de sécurité civile.

On se rappelle que la table des officiers de la MRC de Témiscouata, qui regroupe les directrices et directeurs généraux, avait soulevé, il y a quelques années, le besoin d’avoir de la formation en sécurité civile. «Sensible aux contraintes budgétaires, c’est pour cette raison que l’Association renouvèle ce rendez-vous au Témiscouata au lieu d’aller dans des grands centres où les couts de déplacements, d’hébergement et de repas, sans compter le temps qui est précieux pour chacun. Nous pouvons offrir la qualité du service alors pourquoi pas ici au Bas-Saint-Laurent», a mentionné Claude Gravel, président.

Par la même occasion, la présence de Pascal Tardif de la Direction régionale du ministère de la Sécurité publique a été appréciée de tous. Bref, une journée enrichissante pour l’ensemble des participantes et participants. «À l’an prochain, le 1er février 2020», a ajouté M. Gravel.

Chaque municipalité est responsable et doit mettre en place une culture en sécurité civile. Elles doivent agir et prendre les moyens pour prévenir avec efficacité.

Publicité

Commentez cet article