Publicité
6 décembre 2018 - 06:57

Nourrir son imaginaire de chef…et d’enseignant

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Au début novembre, l’enseignant et chef Éric Archambault du Pavillon-de-l’Avenir est parti en Finlande afin de de partager la culture culinaire québécoise à des étudiants finlandais. Mais à quelque part au-dessus de l’océan Atlantique, les rôles se sont peut-être inversé, puisque c’est lui-même riche de nouvelles expériences, de nouvelles techniques et d’idées qu’il en est revenu à la maison. 

Le grand retour s’est effectué il y a plus d’une semaine, le 25 novembre. Le lendemain, Éric Archambault était déjà au boulot avec ses étudiants. «C’était rapide, mais j’étais vraiment stimulé à l’idée de leur parler de mon séjour et aussi de les aider à passer à travers leur période d’examens. J’étais content d’être là avec eux», partage-t-il, au bout du fil. 

Les 31 jours précédents se sont, de ses propres mots, déroulés à toute vitesse. Accompagné de son ami, le chef Gaétan Tessier, Éric a visité cinq établissements d’enseignement différents à travers la Finlande. Plusieurs centaines de kilomètres ont été parcourus et des dizaines de plats ont été enseignés aux élèves avant d’être servis à des convives. 

«C’était beaucoup d’adaptation, puisque nous n’avions pas toujours les produits et l’équipement que nous souhaitions, mais c’était vraiment une expérience unique. […] Je crois que les élèves ont vraiment apprécié ce que nous avions à leur proposer.»

L’adaptation se faisait d’ailleurs aussi au niveau de la clientèle étudiante, dit-il, les Finlandais étant plus réservés et renfermés. «Mais au cours des semaines, nous les voyions s’ouvrir devant nous. Des enseignants nous disaient voir leurs étudiants autrement à travers nos activités.

Même si ce n’est pas tout le monde qui parlait anglais, on se comprenait à travers le langage de la cuisine. C’était une interaction hors-norme, une dynamique unique. C’était hyper valorisant.»

Il ajoute : «L’objectif était de toucher le maximum de jeunes, de les marquer. Quand je voyais finalement les sourires sur leur visage, je me disais que c’était mission accomplie. Au cours du dernier mois, il y a eu des moments magiques que je n’oublierai jamais».

APPRENTISSAGES

De cette aventure aussi exténuante qu’exceptionnelle, Éric Archambault estime lui-même en revenir grandi, autant professionnellement que personnellement. 

Comme enseignant, il revient notamment avec la tête et le carnet remplis de nouvelles idées. «Avec Gaétan, nous avons partagé 93 repas en Finlande. Je reviens avec beaucoup trop d’idées», avoue-t-il en riant. «Il y a beaucoup de choses que je souhaite essayer, des outils que j’aimerais utiliser. J’ai entre autres été fasciné par leur utilisation de certains petits fruits comme l’argousier et la canneberge. C’est quelque chose que j’aimerais explorer.»

Celui qui enseigne au Centre de formation professionnelle Pavillon-de-l’Avenir s’est aussi dit impressionné par les ressources offertes aux étudiants. La Finlande, croit-il, est «au sommet de l’art de l’éducation».

«Les écoles et la technologie dont elles disposent sont à la fine pointe de la technologie. Je me sens vraiment privilégié d’avoir pu vivre tout cela.»

En mars, ce sera au tour d’Éric Archambault et du Pavillon-de-l’Avenir de jouer aux hôtes, alors que des étudiants finlandais devraient venir dans la région dans le cadre d’un échange similaire. 

 

 

Publicité

Commentez cet article