Publicité
23 août 2018 - 06:33

Le Parc national s’implique pour la santé du lac Témiscouata

Depuis le début de l’été, l’équipe de conservation du Parc national du Lac-Témiscouata réalise différents suivis afin de veiller à la santé du lac Témiscouata. La qualité de l’eau, la présence d’espèces exotiques envahissantes et la reproduction des touladis sont les principales préoccupations du parc.

Le lac Témiscouata est le deuxième plus grand lac québécois au sud du Saint-Laurent et 45 % de ses rives sont protégées par le parc. Pour mieux connaitre le lac, le parc réalise depuis cet été un suivi physico-chimique et bactériologique de la rivière Ashberish, située à la tête du lac. Ce suivi s’ajoute à celui de la rivière Touladi et au suivi de l’eutrophisation du lac déjà réalisé par le parc.

En 2016, l’Organisme de bassin versant du fleuve Saint-Jean avait dénoté la présence du myriophylle en épi dans le lac Témiscouata. Cette plante exotique envahissante peut causer des tords importants au lac et limiter la navigation et la baignade. Le parc s’affaire donc cette année à caractériser le littoral le long de toutes les rives situées sur le territoire du parc. Déjà, toute la tête du lac Témiscouata et une partie de la Grande-Baie ont été caractérisées.

Le parc continue aussi sa collaboration avec l’Association de chasse et pêche du Témiscouata et le ministère de la Faune, de la Forêt et des Parcs pour réaliser un suivi télémétrique du Touladi au lac Témiscouata. Ayant inscrit les enjeux du recrutement du Touladi au lac Témiscouata, ainsi que de la qualité de son eau à son plan de conservation quinquennal, le parc poursuivra au cours des prochaines années ses actions pour préserver l’écosystème de ce plan d’eau.

Le parc rappelle à tous les usagers du lac l’importance de respecter la règlementation et de contribuer à la conservation en prenant soin de bien laver vos embarcations à l’entrée et à la sortie du lac pour ne pas propager les espèces exotiques envahissantes, et de réduire le batillage en réduisant votre vitesse et en ayant une conduite responsable près des rives. La santé du lac est l’affaire de tous si nous voulons continuer longtemps à l’utiliser.

 

Publicité

Commentez cet article