Publicité

27 juin 2014 - 15:26

Vent d’opposition 
au pipeline Énergie Est de TransCanada

Info Dimanche

Par Info Dimanche, [email protected]

Toutes les réactions 14

Kamouraska - Les groupes STOP oléoduc clament plus fort que jamais leur opposition au projet de pipeline interprovincial Énergie Est. Telle une traînée de poudre, la campagne Coule pas chez nous!, lancée le 10 mai, est à présent diffusée par un grand nombre de comités citoyens à travers le Québec, un signe selon ces groupes, que les projets d'oléoducs liés aux sables bitumineux ne sont pas mieux reçus au Québec qu'ils ne le sont dans l’Ouest ou aux États-Unis.

L’accueil réservé pendant 34 jours à la Marche des Peuples pour la Terre Mère, la réaction des scientifiques et les manifestations contre le port pétrolier projeté à Cacouna, sans oublier les résolutions d’opposition ou de demande de BAPE adoptés par un nombre croissant de municipalités québécoises, témoignent de façon tangible, selon STOP oléoduc, du rejet de ce projet.

« Le feu vert donné la semaine dernière par le gouvernement Harper au projet Northern Gateway a été perçu par tous les analystes comme une stratégie obligée, mais les chances que ce projet voit le jour sont quasi nulles compte tenu de l'opposition ferme des Premières Nations et du gouvernement de la Colombie-Britannique. Aux États-Unis, l'approbation du controversé tronçon Keystone XL par le gouvernement américain est loin d’être acquise, et les préoccupations économiques reliées aux changements climatiques sont en passe de freiner les velléités pétrolières du Canada. Finalement, la possibilité d'exporter le pétrole par l'oléoduc Portland-Montréal sera vraisemblablement bloquée par un décret permanent de la ville de South Portland (Maine), empêchant toute nouvelle construction d'infrastructure portuaire et fermant la porte au projet d'inversion du flux de ce pipeline, construit il y a  plus de 50 ans », affirme-t-on.

Le Mouvement STOP oléoduc juge impératif que le gouvernement du Québec fasse lui aussi valoir ses exigences en vue de protéger l'environnement et les intérêts économiques des Québécois.

Selon le maire de la municipalité de L’Islet, André Caron, « les municipalités peuvent et doivent jouer un rôle stratégique dans l'opposition au projet parce qu’elles seront les premières affectées par la construction, les accidents et les déversements éventuels.»

Copropriétaire d’une ferme maraîchère biologique certifiée, Guylaine Tourigny s’inquiète : « La production alimentaire et la protection des écosystèmes, incluant celle de notre eau potable, sont vitales pour nos régions rurales. Notre entreprise familiale serait compromise advenant une contamination des sols ou de la nappe phréatique.»

« Nous pouvons faire obstruction à ces projets dangereux pour la santé des gens de notre pays et de toute la planète, mais le temps presse. C’est maintenant qu’il faut se lever et manifester notre opposition » ajoute Odette Lussier, coordonnatrice interrégionale du Mouvement STOP oléoduc.

Les citoyens, propriétaires et élus municipaux qui souhaitent en savoir davantage peuvent visiter le site www.coulepascheznous.com. Ils y trouveront aussi la Déclaration de protection de notre territoire, qu’ils pourront signer, et les points de vente des pancartes pour afficher leur opposition.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

14 réactionsCommentaire(s)
  • Si il y a des profits a faire avec ce projet soyez assuré qu'il n'y aura pas de partage avec les communautés qui acceuilleront le pipeline. A preuve les pretrolieres font des profits records completement déraisonable depuis quelques décenies et le prix a la pompe ne cesse de grimper.

    Briser notre dépendance au petrole c'est d'abbord arreter de cautionner leur projets et surtout cesser de croire ce que cette entreprise colporte comme information. Avant de leur faire un cadeau, j'aimerait que les gens se souviennent de quel était leur réaction a chaque fois que les pétrolieres augmentait grossierement SANS RAISON le prix de l'essence juste avant les vacances d'été les congés et les périodes ou les gens doivent se déplacer.

    Et bien si ils nous escroquent de facon aussi bete a la pompe, pas question de leur faire confiance pour quelques chose d'aussi intrusif qu'un pipe line.

    Mémoire vive - 2014-06-30 08:58
  • Je vous encore que la propagande pétrolière rétablissons les faits

    Pour le prix à la pompe :Le prix que les pétrolières touchent pour le pétrole en le vendant à l’international est plus élevé que sur le marché local. Selon l’économiste Jeff Rubin, « il n’y a rien dans ce projet pour les consommateurs à la pompe à Toronto, Montréal ou Saint John ». Seuls les pétrolières et leurs actionnaires en profiteront. Rappelons que 70 % des entreprises qui exploitent les sables bitumineux n’appartiennent pas aux Canadiens, mais à des intérêts étrangers comme la Chine, les États-Unis, l’Angleterre, les Pays-Bas et la France.''

    Il serait bien que ceux qui sont en faveurs apportent des sources

    Dominic - 2014-06-29 12:03
  • Le projet de pipeline ne remplacera pas le transport par train ou par bateau, au contraire. Il fera tripler la production du pétrole des sables bitumineux(et des gaz à effets de serre). Ceux qui disent qu'on a encore «besoin» du pétrole se trompent. On aura toujours besoin d'énergie. Mais des pays comme l'Allemagne sont en train de diminuer radicalement leur dépendance au pétrole en développant des piles solaires et autres procédés qui n'émettent pas de carbone. C'est ce que nous devons faire. Il faut réaliser que le réchauffement climatique n'attendra pas qu'on soit prêt avant de faire ses ravages. Ceux qui parlent des bénéfices à retirer du pétrole ne réalisent pas l'ampleur de la crise écologique qui se pointe dans à peine une quinzaine d'année si on ne réussit pas à diminuer le carbone dans l'atmosphère. S.V.P. renseignez-vous.

    Lousi - 2014-06-29 09:37
  • Ce projet, place les municipalités dans un dilemme; je parle ici des municipalité ou passera le pipeline. Dans certaine municipalité les retombés économiques peuvent être importante individuellement et collectivement soit par redevances aux propriétaires ou encore le paiement de taxes foncières aux dites municipalités. Ce projet touche en particulier les villages de l'arrière pays, les plus pauvres, les oubliés, les laissées pour contre, ceux qui sont ignorés. Alors il devient difficile pour nous d'être contre ce projet qui en somme pourrait donner un second souffle à nos citoyens sur sur leur compte de taxes municipal.

    Marcel Lemieux
    St-Onésime d'Ixworth

    Marcel Lemieux - 2014-06-29 09:35
  • Certains ne semblent pas comprendre que "s'opposer à un tel projet" ne rime pas avec "continuons d'importer notre bon vieux pétrole de l'étranger sans nous poser de questions". Il s'agit plutôt d'une amorce de réflexion, une réflexion sur notre avenir, est-ce vraiment ce que nous voulons: baser notre économie sur cette saleté qui compromet notre avenir et celui des générations futures? Il serait peut-être plus que temps que nous, Québécoises, Québécois, entamions un virage énergétique, parce que ça, nous avons le pouvoir de le faire! J'ouvre une parenthèse: je lève mon chapeau à ces " chialeux", comme certains semblent aimer les appeler, puisque ces gens documentés, ces revendicateurs, sont en train d'ouvrir un débat de société, un débat d'idées qu'on se doit d'avoir. Maintenant. Bien que j'en aurais encore très long à dire, je finis avec ça: non mais renseignez-vous! Il est su que le projet d'oléoduc de Trans Canada actuellement en branle sur notre territoire n'aurait pas plus d'incidence sur le prix à la pompe au Québec que sur le transport par train, nous n'avons donc rien à gagner et tout à perdre.

    Tierra - 2014-06-28 21:25
  • Ce pétrole sera vendu en grande majorité à des compagnies étrangères et ne profitera qu'a la pétrolière. Cacouna est situé non loin du Parc Saguenay Saint-Laurent, une aire protégée. Il n'y a pas que des environnementalistes qui s'opposent à ce projet, mais aussi nombre de scientifiques et de biologistes. Bravo à ceux qui militent contre ce projet de pétrole qui n'apportera strictement rien à Cacouna sinon des maisons dévaluées parce que proche d'un terminal industriel.

    Jean - 2014-06-28 20:17
  • enfin du monde lucide qui prenne le temps d'écrire. le pipeline n'est pas la solution miracle mais est surement plus sûr que le transport par bateau et train. notre port de mer est là depuis près 50 ans s'y pas plus combien d'élection a-t-il eut dessus voilà un projet qui a des pour et contre mais le pétrole on devra vivre avec pour un siècle certainement alors avançons dans ce projet en soyant à l'écoute et en observant le projet porteur d'emploie pour notre région. ceux qui n'en veulent pas on probqablement pas besoin d'essence ou de job. l'environnement sera une préoccupation peut importe le dossier. (éolien, barrage, déboisement reboissement agriculture....)

    MIA - 2014-06-28 19:52
  • Oui au pipeline !!!!!! Oui au Gaz de schiste !!!! Réveillez vous même les pays "vert" dans le monde exploite leur resource ...

    Citoyen - 2014-06-28 09:24
  • C'est ça, opposons nous, on paiera l'essence entre 2$ et 3$ le litre par la suite. Imaginez l'inflation de toutes les denrées à cause de cela. Les chialeux ne le disent pas. Pourquoi encourager les pays arabes qui nous envoient leur pétrole par pétroliers géants qui passent devant. Et au moindre soubresaut, les prix grimpent à cause de leur instabilité social. Soyons donc plus autonomes!

    G. Dutan - 2014-06-28 09:19
  • Pas chez-nous mais apporte du gaz par le ciel car je ne veux pas que ça coule dans mon entourage. J'oubliais que les 3 béluga sont dans le fleuve en face de Cacouna et il ne faut pas vivre en les oubliants.
    Sommes nous rendu des imbéciles a temps pleiN

    Albert - 2014-06-27 20:16
  • Associer la demande de tenue d'un BAPE par les municipalités à un rejet du projet, c'est bien dans la ligne du greenwashing des groupes environnementaux. Mais on n'est pas tous dupes de leur propagande et de leur façon de tenter de manipuler l'opinion publique.

    Clairvoyant - 2014-06-27 20:05
  • Selon un sondage 50% des gens sont pour, 40% sont indécise et seulement 10% sont vraiment contre et c'est seulement eux qu'on entend chialer . C'est gens utilise l'environnement comme prétexte mais en fait c'est plus du "pas dans ma cour"

    Marc - 2014-06-27 17:35
  • Signer cette pétition c'est encourager le transport du pétrole par train et encourager le transport du pétrole par bateau jusqu'à Lévis et Montréal , la où le fleuve est le plus dangereux pour les accidents

    Lucide - 2014-06-27 17:32
  • Les Américains n'en veulent pas, les canadiens de l'ouest n'en veulent pas......donc, nous du Bas du Fleuve...nous n'en voulons pas non plus....

    Michel D. - 2014-06-27 16:10