X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Chaîne humaine en opposition au projet de port pétrolier

durée 25 mai 2014 | 14h56
  • Rivière-du-Loup - Tadoussac et Rimouski ont été le théâtre d’activités en opposition au projet de port pétrolier de Cacouna ces deux derniers jours avec la formation d’une chaîne humaine et une expédition symbolique en kayak.

    Des deux côtés de la rive, plus de 500 personnes se sont réunies pour la protection du fleuve Saint-Laurent et contre le projet de port pétrolier de Cacouna. Au même moment, des chaînes humaines ont été créées autour de la Pointe-de-L’Islet à Tadoussac et le long de la Promenade de la mer à Rimouski.
     
    Les événements ont été créés par le Mouvement Citoyen : Littoralement Inacceptable (MCLI) de Tadoussac et par la Coalition Bas-Saint-Laurent pour une prospérité sans pétrole (CBSLPSP) de Rimouski. Le samedi 24 mai, une vingtaine de kayakistes a pris le contrôle du fleuve à partir de la Baie de Tadoussac pour une expédition d’une vingtaine de kilomètres aller-retour afin de dénoncer l’impact d’un port pétrolier sur les bélugas du Saint-Laurent, une population menacée d’extinction.
     
    APPUI DE LA CÔTE-NORD

    En Haute-Côte-Nord, il y a eu une résolution adoptée par la MRC. Micheline Anctil, préfet, était présente sur place pour annoncer cet appui important. Il s’ajoute à celui de Saint-André-de-Kamouraska, de Saint-Siméon et de chaque municipalité de Tadoussac à Colombiers.
     
    Plusieurs éléments soulèvent une grande inquiétude des opposants au projet et ont motivé ces actions. D’abord, tous s’entendent pour affirmer qu’il est primordial de démystifier l’importance accordée à la création d’emplois durables et aux retombées économiques de ce projet qui sont en réalité très faibles pour le Québec. « À l’inverse, les incidents reliés à la sécurité des pipelines ont triplé pendant la dernière décennie et menacent l’industrie de la pêche et du tourisme. Le parc marin du Saguenay et l’observation des mammifères marins rapporte à elle seule plus de 80 millions $ au Québec », laisse entendre la Coalition Bas-Saint-Laurent pour une prospérité sans pétrole.

    Selon elle, le risque est grand aussi du fait que l’eau du fleuve est la source d’approvisionnement en eau potable pour plus de 40% des Québécois. « Sans oublier la menace qui plane sur tout l’écosystème du fleuve. Rappelons que ce projet de port pétrolier et de pipeline n'entraînerait pas une diminution du transport de produits pétroliers par train », ajoute-t-on.
     
    Christian Simard de Nature Québec et Martin Poirier du groupe Non à une marée noire dans le Saint-Laurent l’ont affirmé : « il est inconcevable de penser qu’un port pétrolier puisse coexister avec les limites du parc marin. Un accident affecterait les côtes ainsi que la faune et la flore qui y habitent. »
     
    À Rimouski, Marie-Phare Boucher, membre de la CBSLPSP, a demandé au conseil de la Ville de Rimouski de prendre position dans le dossier, comme l'ont fait plusieurs autres municipalités du Québec. Elle a rappelé aux participants que le maire Éric Forest a signé le Manifeste pour tirer profit collectivement de notre pétrole l'automne dernier et elle a demandé à ce qu'un débat public ait lieu. Caroline Jacques, environnementaliste et artiste-peintre, a mis l’accent sur la biodiversité du fleuve et souligné qu’un tel projet risquait de mettre cette vie en péril. Finalement, Sean-Olivier Parent a insisté sur le besoin d’effectuer une transition économique permettant d’assurer une prospérité, tout en respectant les limites physiques de l’environnement.

    RÉSISTANCE

    «TransCanada  a fait miroiter des projections de retombées économiques pour l'ensemble du Québec et pour les 40 années d'exploitation de son projet d'oléoduc Énergie Est. La compagnie a avancé le chiffre de 2 milliards $, cela peut sembler intéressant, mais quand on divise par le nombre d'années et par le nombre de municipalités touchées par le projet, on arrive à des montants très minimes face aux risques encourus. Et là où le bât blesse, c'est quand on divise ce montant par la quantité de pétrole qui passera dans ce tuyau à raison de 1,1 millions de barils par jour, là on arrive à la somme incroyable de un huit millième de cent par litre. Aucun gouvernement qui se respecte ne peut considérer cela comme une opportunité d’affaire. Surtout qu'il faut mettre en perspective les menaces que feront peser ce projet sur l'approvisionnement en eau potable et l'économie issue du tourisme. Par exemple, si on prend le projet de port pétrolier à Cacouna, qui serait une extension de l'oléoduc pour exporter presque à 100% ce pétrole issu des sables bitumineux, on parle de faire cohabiter une zone industrielle à haut risque juste à côté du Parc marin du Saguenay, qui pour la seule année 2009 a procuré des retombées économiques de plus de 95 millions $ et 1 600 emplois à temps pleins. Il est clair qu'il faut s'unir afin de s'opposer fermement à ce projet qui est en totale contradiction avec une économie viable et renouvelable telle que la pêche et le tourisme. Le Saint-Laurent est avant tout notre garde-manger et notre milieu de vie : nous avons un devoir de résistance pour protéger l'intégrité de notre bien commun face à des affairistes qui n'ont aucune considération pour des espèces en péril telles que le béluga », a pour sa part indiqué Martin Poirier, du groupe Non à une marée noire dans le Saint-Laurent.

    commentairesCommentaires

    17

    • J
      Jean
      temps Il y a 9 ans
      Donc si je comprend bien c'est opposant , ils aiment mieux continuer de voir des pétroliers naviguer jusqu'au port de Lévis et Montréal ? Actuellement des dizaines de pétrolier circule sur le fleuve faute d'avoir un oléoduc capable d'approvisionner nos raffineries. Il faudrait aussi que les opposants nous dises s'ils renoncent ou non à la péréquation que nous recevons principalement grâce aux sable bitumineux et ils faudrait que les opposant nous dises également ou ils couperaient ces 8 milliards annuellement . Comme ces opposants sont incohérent ils non sûrement pas pensé à ça
    • J
      Jule
      temps Il y a 9 ans
      Les risques de marée noire sont la vue le nombre de pétroliers qui y navigue chaque année
    • L
      Logique
      temps Il y a 9 ans
      Les pétroliers circulent présentement sur le fleuve donc les kayakistes veulent que la situations demeurent inchangé ? En s'opposant à l'oléoduc qui permettrait d'approvisionner nos raffineries avec notre pétrole , les kayakistes encourage des producteurs africains qui n'ont aucune règles environnemental et humaines à respecter en plus de devoir transport le pétrole sur l'entièreté du fleuve
    • GMC
      Gerard Michaud Cacouna
      temps Il y a 9 ans

      CACOUNA

      Entre terre et mer

      Le respect de la nature
      Le respect de la Société Sociale
      Le respect de l'équité économique
      Le respect de la santé des citoyens
    • N
      NICO
      temps Il y a 9 ans
      encore une fois, PAS DANS MA COUR
    • D
      Dan
      temps Il y a 9 ans
      1600 emplois à temps plein pour le parc marin du Saguenay ??? D'où viennent ces chiffres ?
    • RL
      René Lapointe
      temps Il y a 9 ans
      Je pense que tous, nous devrions prendre en considération le texte ci-haut de Martin Poirier. Au tout début et jusqu'à preuve du contraire j'étais en faveur de ce projet. Nous avions seulement la version alléchante des promoteurs, mais maintenant avec des informations plus précises et surtout des chiffres à l'appui du coté des opposants, on est en droit de se poser de sérieuses questions.
    • GMC
      Gerard Michaud Cacouna
      temps Il y a 9 ans

      CACOUNA. C.P.S.

      Entre terre et mer

      Conservation
      Protection
      Sauvegarde
    • B
      Béluga
      temps Il y a 9 ans
      Je crois que ce qui dérange le plus les baleines, se sont les bateaux d'observation qui les harcelés et tourne autour d'eux tous l'été , mais ça nos faux écolo du dimanche n'en parlent pas
    • UPDR
      Un peu de réflexion
      temps Il y a 9 ans
      Avant de dire oui ou non, est-ce que les écologistes ont pensé à tout. A ce que je vois, ils pensent à leur petit moi et à rien d'autre. C'est le fun, on fait parler de soi, on est populaire, on nous voit partout: Bravo.
      Mais, avant de contester, penser donc un peu plus loin que le bout de votre petit nez. Si le pétrole, dont tout le monde a besoin, ne passe pas par oléoduc, par où va t-il transiter. ????? Mais voyons donc: par bateau voguant sur ce beau fleuve que vous voulez protéger ou encore mieux par le train qui passe dans tous nos beaux villages et qui seront alors de plus en plus nombreux à circuler avec de belles citernes toutes rondes mais pas toujours neuves. Alors ?????? Avant de protester sans savoir tous les tenants et aboutissants de projets, pensez aux conséquences des autres solutions qui suivront. Ou encore mieux, assoyez-vous et trouvez des solutions pour éliminer l'usage du pétrole, mais ça, c'est sûrement moins valorisant et trop fatiguant pour vos p'tites têtes.
    • LSP
      Lina st-pierre
      temps Il y a 9 ans
      je fais partie des gens qui subissent le déversement de lac Mégantic dans la rivière Chaudière. Le nettoyage ne se fera pas dû à la grande pauvreté de la Cie qui orchestrait ce transport. Les dégats sont faramineux et affectent le fleuve à chaque crue des eaux. C'est facile de se dire transporteur, d'encaisser de l'argent et de se dire trop pauvre pour ramasser les dégats dont ces cies sont responsables. La responsabilité se situera où pour ce pipeline? Est-ce que ce sont les citoyens qui vont écoper avec une nature souillée?
    • C
      Charles
      temps Il y a 9 ans
      A Lina
      Transcanada est l'un des plus grose compagnie d'oléoduc , donc c'est une compagnie qui a les moyens financier pour nettoyer mais aussi c'est une compagnie qui n'a aucun intérêt a voir des déversements car le transport de pétrole c'est son pain et son beurre . Dans le cas de lac megantic, c'était une compagnie tout croche alors rien a voir avec transcanada
    • GMC
      Gerard Michaud Cacouna
      temps Il y a 9 ans

      Faux,point à la ligne.
    • GMC
      Gerard Michaud Cacouna
      temps Il y a 9 ans

      SOS BAPE
      Projet port pétrolier TransCanada
      Problématique sans solution de correction appropriée

      # Le pipeline implanté directement dans le marais,disparition du marais , assèchement de très bas niveau. Destruction de l'habitat de la sauvagine et du rat musqué.

      #Construction d'une nouvelle ligne électrique de haut voltage pour alimenter le complexe pétrolier. Tours de métal élevées sur le sentier de la digue. Démolition de la tour et de la cache d'observation du marais. Mortalité dans le secteur de la sauvagine en contact vol avec les fils électriques.
      Perte du circuit touristique d'observation de la faune.
      ATTENTION: Citoyens faites valoir vos droits de respect social acquis.
      Rejoignons la marche de 700 kilomètres et dépôt mémoire au BAPE.
    • GMC
      Gerard Michaud Cacouna
      temps Il y a 9 ans

      REQUÊTE à M.Philippe Cannon de TransCanada.

      Engagement d'une rencontre sur le site du projet port pétrolier avec les citoyens pour visiter les lieux et expliquer en détails précis :

      # Le raccordement du pipeline
      # La construction d'une nouvelle ligne électrique
      # Le stockage des 12 réservoirs de pétrole

      Une tournée complète de tout le secteur affiché sur les plans mais non précisé concernant les effets majeurs sur la pollution et le tourisme local , les croisières aux baleines ......
    • GMC
      Gerard Michaud Cacouna
      temps Il y a 9 ans

      Dernière nouvelle.
      Le Soleil. Dimanche.8 juin 2014. Page 11

      RÉSUMÉ: Manifestation contre TransCanada à Montréal. Partis de Cacouna le 10 mai dernier pour un périple de 700 kilomètres, les participants de la marche des Peuples pour la Terre mère étaient de passage à Montréal hier pour manifester contre le projet d'oléoduc Energie Est de l'entreprise TansCanada...Quelques centaines de personnes les ont rejoints au square Victoria......
    • GMC
      Gerard Michaud Cacouna
      temps Il y a 9 ans

      MISE à jour, le 9 juin 2014

      Au mois de mai 2013, le projet européen de directives sur la qualité des carburants en Europe classait le pétrole albertain parmi les carburants les plus sales de la planète. Le taux de cancer monte en flèche pour les autochtones de l'Alberta .
      Pour transporter le bitume extrait des sables bitumineux, il faut ajouter des solvants chimiques et toxiques pour permettre de le pomper jusqu' à Cacouna.
    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS
    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 12h39

    Plus de 369 M$ en investissements routiers au Bas-Saint-Laurent

    Le gouvernement du Québec a annoncé un investissement de 369 412 000 $ pour les deux prochaines années dans les réseaux de transport routier de la région du Bas-Saint-Laurent. Cette somme permettra la réalisation de chantiers d’un bout à l’autre du territoire, en plus du lancement de travaux attendus au KRTB.  L’annonce a été faite à Cacouna, le ...

    Publié à 9h24

    Tables de réflexion sur l’avenir de la forêt : les partenaires nationaux se réunissent à Québec

    La tenue de la Rencontre nationale a achevé la vaste démarche des Tables de réflexion sur l’avenir de la forêt, entamée le 13 février par la ministre des Ressources naturelles et des Forêts et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine, Maïté Blanchette Vézina.  Pour l’occasion, ...

    Publié à 6h56

    Parler des inégalités pour un virage numérique sans fractures

    L’ABC des Portages a tenu une rencontre d’information avec ses partenaires sur le virage numérique et ses fractures, le 11 avril. Le phénomène, appelé à se développer à vitesse grand V dans les prochaines années, ne tient pas compte des personnes déjà dans des situations précaires, selon l’organisme communautaire en alphabétisation. «Le virage ...