Publicité

Dans l'objectif de François Drouin

24 septembre 2015 - 10:31

Si Mike Ward était photographe...

2 Commentaire(s)

Si Mike Ward était photographe...

https://www.educaloi.qc.ca/jeunesse/capsules/ton-droit-limage

Je plains tout photographe qui osera utiliser l'image d'un mineur, sans consentement parental, et qui en retirera un bénéfice. Mais, en humour, rire d'un jeune (handicapé ou non), relève plus de la liberté d'expression, surtout s'il s'agit d'une personnalité publique...

Aubry c. Éditions Vice-Versa

Dans le monde de la photographie, le droit à l'image est encadré. Contrairement à l'humoriste et au caricaturiste, le photographe n'est pas libre d'utiliser votre image. Certains l'ont appris à leurs dépens.

En 1988, un photographe, Gilbert Duclos, a photographié Pascale Aubry, âgée de 17 ans, dans un lieu public sans obtenir au préalable son autorisation.

La jeune femme était assise sur un escalier de la rue Ste-Catherine et ne faisait rien de particulier. Aux yeux du photographe, la scène était belle. Clic !

Quelques mois plus tard, mise au fait par un ami, Pascale Aubry se reconnait dans la photographie publiée dans les pages du magazine Vice Versa. Un magazine culturel, qui, sauf erreur de ma part, était publié à 722 exemplaires.  

L’adolescente a donc poursuivi Vice Versa et le photographe. Elle soutenait avoir été victime de raillerie suite à la publication de la photo. L’affaire s’est rendue jusqu'en Cour suprême qui a finalement donné raison à Aubry et accepté la décision de la Cour supérieure qui ordonnait à Les Éditions Vice-Versa inc. de verser 2 000 $ à la plaignante.

Je ne connais pas un seul photographe de rue qui n’ait pas été ébranlé dans la pratique de son art.

La Cour suprême a ainsi déterminé qu'en photographie, le droit à la vie privée, un droit garanti par la Charte québécoise des droits et libertés de la personne est un droit protégé. Le jugement va même jusqu'à lui donner préséance face au droit à la liberté d’expression. En photographie.

MAIS...

Mais Jérémy est une personnalité publique, et ce, avant même d’être un enfant. De plus, Mike Ward n'est pas photographe, mais humoriste. Est-ce que cela lui confère la liberté de déboulonner publiquement l'image d'un ti-cul au nom de la liberté d'expression ? Le juge répondra. Mais à la base du malaise, c’est d'un ENFANT dont il est question ! Nous ne sommes plus dans la caricature verbale d'un homme mature, on est dans ce qui s'apparente à une mise à nu publique et répétée d’un garçon d’âge mineur, un adolescent, souffrant du syndrome de Treacher Collins dont on n’apprécie peu ou pas le talent ni l'apparence physique. Est-il allé trop loin ? La réponse sera intéressante.

Mike Ward aurait-il tenu les mêmes propos si Jérémy était le fils de Céline Dion et René Angelil ? ;-)

 

***PS: Le lien avec la photo ? C'est l'image. Dans ce cas-ci, l'image d'un enfant. L'amalgame tient là.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

2 réaction(s)
  • Dire que Jeremy est une personnalité publique est un peu fort. Il n'exerce pas un métier public que je sache. Quelques apparitions à la télé ne font pas d'une personne une personnalité publique.

    cocolombo - 2015-09-25 22:56
  • Oui mais venant de Mike Ward est ce qu'on doit se surprendre ??
    C'est un abruti de la pire espece et plus il y a des gens qui rient a ses farces plattes
    C'est un déshonneur pour tous le humouristes
    normand - 2016-02-09 10:46