Publicité
1 mai 2018 - 10:36

Motoneige : encore une année remarquable au Bas-Saint-Laurent

La saison hivernale 2018 aura été à la hauteur des attentes des différents intervenants touristiques du Bas-Saint-Laurent. Malgré un début de saison ardu, un mois de février plus doux que la normale et un mois de mars très enneigé, l’hiver 2018 s’est terminé sur une très belle note.

Dès décembre, les précipitations de neige ont permis aux clubs de motoneige et aux stations de ski de commencer à préparer leurs sentiers et pistes pour accueillir les visiteurs. Cependant, la période des Fêtes et le mois de janvier ont été particulièrement froids et difficiles quant à l’achalandage des stations de ski. La douceur du mois de février a aussi amené son lot d’inquiétudes aux clubs de motoneige pour le surfaçage des sentiers. Tempête par-dessus tempête, mars nous a donné une quantité remarquable de neige. Les sentiers de motoneige ont perduré jusqu’à la mi-avril, tandis que les stations de ski ont été en activité jusqu’à la fin avril.

La saison de motoneige fut surtout marquée par un plus grand nombre d’Américains au Bas-Saint-Laurent. Selon les entreprises hôtelières sondées, la saison motoneige a encore été supérieure à l’an dernier, qui, rappelons-le, avait été « la meilleure depuis longtemps ».

Beaucoup de motoneigistes américains ont donc redécouvert la région en janvier (+ 8 % de l’achalandage dans les établissements hôteliers), en février (+ 2 %) et même en mars (+ 5 %). « C’est une excellente nouvelle! Ils représentent plus de 24 % de la clientèle motoneige, c’était à peine 10 % en 2010! Les campagnes promotionnelles, la notoriété de la région et la qualité des sentiers font du Bas-Saint-Laurent une destination de rêve pour les motoneigistes» affirme Pierre Laplante, directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent.

La clientèle canadienne a également fréquenté davantage la région, mais ce sont les motoneigistes de l’Ouest canadien (+ 2,5 %) ainsi que ceux des Maritimes (+ 1 %) qui ont sillonné le plus les sentiers bas-laurentiens. La clientèle ontarienne est sous le signe de la stabilité après plusieurs années d’augmentation.

Les stations de ski ont connu un enneigement exceptionnel cette saison. Les amateurs de glisse ont bien profité des températures douces de février et de la semaine de relâche comparativement au froid de janvier. Le parc du Mont-Comi a reçu plus de 729 cm de neige et a connu une augmentation d’achalandage encore cette année. Même son de cloche du côté du Parc du Mont-Saint-Mathieu, qui vient de se faire accorder un montant de 800 000 $ de la part du gouvernement du Québec pour le développement de la station.

«L’activité de la motoneige est l’un des principaux moteurs économiques en hiver pour beaucoup d’entreprises du Bas-Saint-Laurent. En revanche, on sent aussi un fort engouement pour les autres activités tels le ski, les sports de plein air au parc national du Bic, les hébergements en forêt, etc.  Cette diversification de l’offre est une excellente chose, car nous pouvons maintenant faire la promotion de l’hiver de façon beaucoup plus diversifiée» affirme Pierre Fraser, directeur régional marketing pour Tourisme Bas-Saint-Laurent.

En plus d’une campagne hivernale traditionnelle et numérique qui a nécessité près de 100 000 $ en investissement sur le marché québécois, le Québec maritime a aussi investi plus de 100 000 $ pour promouvoir la motoneige sur les marchés hors Québec, principalement en Ontario, au Nord-Est des États-Unis et en France. Tourisme Bas-Saint-Laurent, par le Québec maritime, s’associe également à l’Alliance motoneige (Alliance de l’industrie touristique du Québec) dans une campagne promotionnelle sur les marchés hors Québec.

Tourisme Bas-Saint-Laurent est à finaliser son plan d’action pour la prochaine saison touristique estivale qui comprendra, entre autres un nouveau message publicitaire télé. Les actions de promotion pour inciter les Québécois à choisir le Bas-Saint-Laurent pour leurs vacances 2018 s’intensifieront au cours des prochaines semaines sur les différents médias traditionnels et numériques. Des concours liés aux légendaires couchers de soleil de la région sont aussi de retour.

 

Publicité

Commentez cet article