Publicité
2 février 2018 - 09:13 | Mis à jour : 5 février 2018 - 16:32

Cindy Ouellet sera des prochains Jeux paralympiques

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

L’athlète louperivoise Cindy Ouellet a eu la confirmation, le jeudi 1er février, qu’elle a obtenu son billet pour les prochains Jeux paralympiques de Pyeongchang en paraski de fond. L’annonce officielle du comité olympique canadien sera réalisée le 12 février prochain.

Une qualification pour des Jeux d’hiver est la réalisation d’un grand exploit pour l’athlète de 29 ans qui a déjà participé à trois Jeux paralympiques d’été avec l’équipe de basketball en fauteuil roulant. Cindy Ouellet deviendrait d’ailleurs la première athlète québécoise à participer aux deux évènements. 

Celle qui s’entraine aujourd’hui à Québec avait obtenu des points internationaux sur le circuit de la Coupe du monde et avait obtenu les temps nécessaires pour participer aux prochains Paralympiques, en décembre, à Canmore en Alberta. Depuis, elle attendait impatiemment de savoir si une place sur l’équipe canadienne était disponible pour elle, ce qui lui a été confirmé jeudi dernier. 

«C’est une émotion qui ne se décrit pas. Le paraski de fond est un sport individuel, alors c’est un défi vraiment différent du basketball. C’est toi contre la montre, contre la montagne. C’est une belle fierté pour moi d’avoir l’opportunité de participer à mes premiers jeux d’hiver», a-t-elle partagé. 

Cindy Ouellet n’avait eu, en gros, qu’un mois d’entrainement intensif avant de prendre part à la compétition internationale de décembre. Elle avait néanmoins réussi à surpasser les attentes, comme quoi le talent ne s’achète pas. 

«Mon objectif était de participer aux Jeux de 2022. Je trouvais que c’était un peu irréaliste dans les circonstances de viser les Jeux de 2018, mais j’ai été invitée à la Coupe du monde et j’y suis allé. Finalement, ça s’est bien passé et le rêve se réalise, je fais partie de l’équipe», explique-t-elle, le sourire dans la voix. 

Reconnue pour ses participations aux Jeux paralympiques de Beijing en 2008, Londres en 2012 et Rio en 2016 en basketball, Cindy ne s’envolera pas en Corée du Sud en touriste, loin de là. Ceux qui la connaissent bien savent qu’elle y va pour performer à la hauteur de ses attentes. 

«Oui, ce sera une belle expérience, mais j’y vais pour offrir de bonnes performances. Je suis une personne très compétitive, alors je veux réaliser les meilleurs temps possible. Je vais tout donner, c’est certain.»

DEUX SPORTS DIFFÉRENTS 

Cindy Ouellet s’est jointe à l’équipe canadienne de basketball en fauteuil roulant à l’âge de 16 ans, quelques années seulement après avoir reçu un diagnostic de cancer des os. Elle a fait partie de l’alignement de la toute première équipe nationale pour les moins de 25 ans en 2011 et a été nommée joueuse étoile lors des Championnats du monde. Elle a également reçu le titre d’athlète féminine de l’année en 2012 et celui d’athlète junior de l’année en 2007, deux distinctions de Basketball en fauteuil roulant Canada.

Pourtant, apprivoiser la discipline du paraski était un nouveau défi de taille. «Avant la maladie, je faisais du ski alpin et j’adorais ça. Le ski paranordique me ramène en enfance, en quelque sorte, mais c’est exigent. Il y a beaucoup d’éléments techniques à maitriser et il faut être fort mentalement et physiquement.»

D’ici le mois de mars (les Jeux ont lieu du 8 au 18), les heures d’entrainement s’accumuleront pour Cindy Ouellet, elle qui enchaine déjà deux séances d’entrainement quotidiennes, six jours sur sept. Mais comme s’il n’y en avait jamais assez, elle trouve également le temps de travailler sur sa thèse de doctorat en génie biomédical et de participer à de petites compétitions en basketball. Cindy Ouellet est certainement une athlète d’exception. 

 

Publicité

Commentez cet article