Publicité
18 janvier 2018 - 06:02 | Mis à jour : 10:05

Frédérick Rioux au travail pour les Mariners de Seattle

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le Pistolois Frédérick Rioux continue de gravir les échelons dans le milieu du baseball majeur. Après un passage avec Phillies de Philadelphie comme recruteur en Ontario, le voilà maintenant engagé par l’organisation des Mariners de Seattle pour un contrat de six mois. 

L’homme de 27 ans agira ainsi à titre d’assistant au coordinateur du développement des joueurs au complexe d’entrainement printanier de l’équipe, à Peoria, en Arizona. Il y est attendu pour la mi-février. 

«J’ai reçu la confirmation que j’étais pris le 13 janvier, alors j’ai un peu moins d’un mois pour tout préparer, obtenir mon visa et déménager», partage-t-il lorsque rejoint à Toronto où il habite depuis un peu plus d’un an. «Tout va très vite, mais c’est excitant. J’ai hâte de commencer.»

Avec les Mariners, Frédérick ne chômera pas. Il sait déjà ce que l’on attend de lui à l’approche des différents camps d’entrainement. «Recrutement amateur et professionnel, vidéo, coordination des mouvements de personnel entre les filiales, conversations avec les entraineurs et le front office à Seattle, recherches sur la science du sport…les tâches ne manqueront pas. Ce sera une super expérience», lance celui qui se démarque par ses connaissances du baseball, ainsi que par ses habilités en anglais et espagnol.  

PORTE D’ENTRÉE

Au téléphone, on le sent fébrile et c’est normal. L’opportunité offerte par les Mariners en est une pour laquelle il a travaillé très fort. C’est aussi, surtout, une très belle porte d’entrée dans une équipe professionnelle. 

«Ça va être un beau défi, mais c’est vraiment ce que j’attendais. C’est difficile de se faire un nom dans le milieu. Je considère que j’ai été à la bonne place au bon moment cette fois et je compte bien en profiter», souligne Frédérick, expliquant qu’il a rencontré plusieurs équipes, dont l’organisation des Mariners, dans le cadre des assises du baseball majeur à Orlando en décembre. Un long processus d’embauche plus tard, il avait le poste. 

«Je me considère vraiment choyé de vivre de ma passion du baseball. Bon nombre d’Américains aimeraient être à ma place en ce moment, mais j’ai un bon bagage d’expériences et ils croient en moi chez les Mariners. Après plusieurs «non», ça fait du bien.»

RACINES À TROIS-PISTOLES 

Frédérick Rioux dit avoir eu la passion du baseball très jeune. Résidant près du stade, à Trois-Pistoles, il y a passé tous ses étés. Même s’il pratiquait aussi le hockey, le choix s’est rapidement imposé entre la rondelle et la balle, se rappelle-t-il. 

«Il y a eu l’influence de la famille également. Mon cousin Benoit Rioux [journaliste sportif à l’agence QMI] est un grand fan de baseball. Avec un de mes oncles, ils ont certainement entretenu cette flamme pour le sport.»

Comme joueur, Frédérick a joué au niveau collégial à Québec et même au niveau universitaire en Ontario. C’est d’ailleurs au Cégep qu’il a réalisé qu’il souhaitait vraiment travailler dans le monde du baseball. Inspiré et déterminé, le jeune homme a fait les choix pour lui permettre d’atteindre son but. Il est notamment diplômé en gestion du sport à la Brock University et il a fait des passages dans différentes organisations, dont les Blue Jays de Toronto et les Champions d’Ottawa dans le baseball indépendant (ligue Can-Am). 

«C’est beaucoup d’efforts et de sacrifices. Ce n’est pas toujours évident, mais je peux toujours compter sur le support de ma famille (…) Quand tu as un objectif, un rêve, et que tu y consacres ton énergie, tout est possible», rappelle-t-il. 

L’expérience qu’il s’apprête à vivre avec les Mariners de Seattle le gonfle à bloc. Confiant, il croit que cette opportunité lui permettra de continuer sa progression dans le monde du baseball professionnel. Qui sait, dans quelques années, il pourrait avoir atteint son but d’avoir un poste à temps plein avec une équipe, que ce soit du côté du recrutement ou du développement des joueurs, deux de ses champs d’intérêt. 

 

Publicité

Commentez cet article