Publicité
25 octobre 2017 - 13:07 | Mis à jour : 26 octobre 2017 - 14:14

Une 12e place pour les Louves au Trophée Roses des Sables

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Les amies et collègues Noémie Cousineau et Marie-Pier Vallée peuvent dire «mission accomplie». Du 11 au 22 octobre, elles ont vaincu le désert marocain, terminant le Trophée Roses des Sables avec une 12e place sur 124 équipes. Un bel exploit!

Les deux équipières chez Premier Tech ont vécu une expérience aussi éprouvante sur le plan physique que psychologique. Elles devaient franchir les 5000 km les séparant de la ligne d’arrivée le plus efficacement possible en véhicule «côte à côte». L’objectif était de rallier l’étape du jour en respectant les contrôles de passage non pas rapidement, mais avec le moins de kilométrage.

«On est vraiment fières de nous. On visait le top 15 et on a tout donné pour y arriver! Après la première étape, on s'est retrouvée 79e et notre esprit compétitif s'est enclenché. On voulait vraiment bien performer, pour nous, mais aussi pour tous les gens qui nous ont soutenus dans cette aventure», a partagé Marie-Pier via les réseaux sociaux. 

Malgré les difficultés rencontrées, notamment la fatigue engendrée par des journées de route de 10 h et les conditions extérieures comme le vent, le sable et la poussière, Marie-Pier et Noémie vont bientôt revenir au Québec la tête pleine de souvenirs, d’expériences et d’apprentissages. Elles ont notamment été marquées par l’importance qu’est le Trophée Roses des Sables pour les familles locales. 

«On a eu la chance de visiter un village soutenu par l’association "Enfants du désert" et voir à quel point notre implication peut faire la différence. On a partagé un repas avec les femmes du village et visité les installations (écoles, garderie) avec les enfants. Ça a été une expérience extraordinaire. De pouvoir parler avec eux, et de voir de nos propres yeux les progrès de ce village grâce à nous et à Enfants du Désert, c’était exceptionnel.»

Les deux femmes, qui ont formé «une équipe du tonnerre», retiendront également les rencontres enrichissantes qu’elles ont vécues avec d’autres participantes. «On y a rencontré des personnes extraordinaires qui nous ont profondément marquées (…) Ce défi représente vraiment quelque chose de différent pour chaque femme qui s'y lance. Pour nous, c'était de se prouver qu'on pouvait le faire!»

Noémie Cousineau et Marie-Pier Vallée ne regrettent rien. Elles reviendront d’ailleurs au pays dans quelques jours, après une aventure dont elles se souviendront longtemps. Elles tiennent d’ailleurs à remercier tous ceux et celles qui ont contribué de près ou de loin à rendre cette expérience possible. 

 

Publicité

Commentez cet article