Publicité
24 septembre 2017 - 06:30

Olivier Kamouraska Chrysler amasse 10 000 $ pour Benjamin Ouellet

Le concessionnaire Olivier Kamouraska Chrysler de Saint-Pascal a remis la somme de 10 000 $ à la famille du coureur Benjamin Ouellet, qui souffre une déficience visuelle sévère depuis sa naissance. Cet argent doit permettre à l’athlète pascalois de participer à une compétition d’envergure en Arizona, dans le but ultime de joindre les rangs de l’équipe paralympique canadienne.

C’est dans une ambiance de fête que cette remise s’est déroulée, samedi dernier, sur les terrains du Centre sportif de Saint-Pascal. Pour l’occasion, de l’animation, des jeux gonflables, une épluchette de blé d’Inde et un tournoi de hockey-balle impliquant six équipes ont ponctué le déroulement de la journée.

«Beaucoup de gens sont passés faire des dons. Simon Dion-Viens et Sophie Pelletier, eux aussi appuyés par Olivier Kamouraska Chrysler, étaient également sur place», indique Francis Ouellet, père de Benjamin.

Dépenses importantes

Invité à participer à un camp de talents émergents paralympiques l’hiver dernier, Benjamin Ouellet a beaucoup impressionné les entraineurs présents, aux dires de son père. Et ses performances, lors des derniers jeux paralympiques canadiens tenus à Ottawa en juin dernier, où il est reparti avec deux médailles de bronze et où il a battu quatre records personnels, permettent de voir plus loin. C’est pourquoi il mise actuellement sur une participation à une compétition d’envergure internationale prévue bientôt en Arizona, aux États-Unis, pour se classer au niveau international.

Avant, c’est moi qui l’accompagnais. Mais maintenant, je ne peux plus, il est trop rapide. On doit donc faire appel à quelqu’un d’autre et assumer ses dépenses. Seulement pour la compétition en Arizona, on parle de 6000 $ pour les deux.

Mais pour y prendre part, la famille Ouellet a besoin de sous, ne serait-ce que pour payer les dépenses du guide-accompagnateur qui court avec Benjamin, en raison de sa déficience visuelle. «Avant, c’est moi qui l’accompagnais. Mais maintenant, je ne peux plus, il est trop rapide. On doit donc faire appel à quelqu’un d’autre et assumer ses dépenses. Seulement pour la compétition en Arizona, on parle de 6000 $ pour les deux», explique Francis Ouellet.

Aide inespérée

Il va sans dire que l’appui financier d’Olivier Kamouraska Chrysler tombe à point pour la famille Ouellet.  On est très reconnaissant envers Tony Lefrançois et son équipe d’employés. Pour les prochaines années, Olivier Kamouraska Chrysler devient le commanditaire principal de Benjamin», déclare Francis.

D’ailleurs, M. Lefrançois prévoit déjà tenir une deuxième journée familiale similaire à celles de cette année l’an prochain et s’y prendre beaucoup plus tôt pour débuter la collecte de fonds, de conclure le père de Benjamin.

Collaboration spéciale : Maxime Paradis, Le Placoteux

 

Publicité

Commentez cet article