Publicité
15 décembre 2016 - 11:07 | Mis à jour : 17:24

Entrevue avec Simon Turcot, nouvel entraineur des 3L

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Quelques heures après la confirmation de sa nomination au titre d’entraineur-chef des 3L, Simon Turcot a commenté sa venue à Rivière-du-Loup. Un tout nouveau défi dans lequel il mord à pleine dent.

«Bien franchement, ça fait longtemps que je n’ai pas eu hâte d’aller coacher une partie comme celle de vendredi à Sorel-Tracy. Après huit ans dans le junior AAA, c’est une belle opportunité, très intéressante. Je suis heureux», a déclaré le pilote originaire de Melocheville, en Montérégie.

Le directeur général de l’équipe, Karl Boucher, a contacté Turcot le 11 décembre pour lui proposer le poste. L’homme de hockey n’a pas eu besoin de 24 h pour donner une réponse positive. Sa passion et son désir d’embarquer dans cette nouvelle aventure ont pris le dessus. Il a dit oui le lendemain matin.

«On a eu une bonne discussion. Les 3L, c’est une équipe gagnante et la majorité des joueurs étaient présents au printemps quand ils ont remporté le championnat. Ils sont encore capables de gagner. Je veux une équipe qui s’améliore à tous les matchs avant d’entrer en séries.»

De nature intense, Simon Turcot demandera donc à ses joueurs d’avoir le couteau entre les dents à chaque match. Une attitude qu’il compte lui-même adopter. «Je suis quelqu’un de structuré et je me prépare pour les rencontres. J’ai d’ailleurs écouté la radiodiffusion du dernier match entre les 3L et les Éperviers. Je suis aussi de la nouvelle école, c'est-à-dire que je veux entretenir une étroite collaboration avec les joueurs.»

D’ailleurs, à ceux et celles qui doutent de sa capacité à passer du junior au sénior, il répond avec confiance. «C’est une opportunité que je ne pouvais pas manquer. J’estime être rendu là, j’ai de l’expérience. Je sors de mon confort pour travailler. C'est certain que je vais devoir m'adapter à la ligue et au fait de ne pas avoir d'entrainements réguliers, mais je ne suis pas inquiet», a-t-il ajouté, précisant qu'il souhaite bénéficier d'un entraineur-adjoint avec de l'expérience dans la LNAH.

Notons que dans la LHJAAAQ, Simon Turcot était étiqueté comme un «coach des séries». En huit ans passés avec les organisations de Valleyfield, Saint-Jérôme et Vaudreuil-Dorion, ses équipes n’ont jamais été classées dans les quatre premières positions au classement. Cependant, elles ont toujours très bien fait en séries, atteignant à plusieurs reprises le carré d’as et la finale.

 

Publicité

Commentez cet article