Publicité
12 novembre 2016 - 07:31

Jeannette Ouellet : quilleuse à 93 ans

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Jeannette Ouellet de Rivière-du-Loup a beau avoir l’âge honorable de 93 ans, cela ne l’empêche pas d’être fort performante aux quilles. Elle est si bonne qu’il n’est pas rare qu’elle performe mieux que ses coéquipières, beaucoup plus jeunes. Rencontre avec une femme souriante et inspirante. 

Mme Ouellet, de son nom de jeune fille Bastille, joue aux quilles depuis plusieurs dizaines d’années. «J’ai commencé lorsque j’ai arrêté de travailler à la maison. Les enfants étaient tous grands, ça me prenait donc une activité pour bouger un peu et rencontrer des gens. J’ai commencé, puis c’est resté», explique-t-elle. Une nouvelle passion était née. 

Jeannette Ouellet l’avoue elle-même humblement, elle a toujours été très active. Il y a quelques années, elle alternait entre deux jours de quilles par semaine, le chœur de chant et les parties de cartes. Aujourd’hui, elle se limite à une après-midi par semaine au Salon de quilles 600. Elle fait partie de la ligue G.R. Dumont Électrique du mardi. 

«Je joue mes trois parties et je suis contente. À chaque année, je me demande si je pourrai revenir, mais je suis là, faut croire que je suis bonne encore un peu. J’aime ça», raconte avec le sourire celle qui habite toujours dans une maison avec sa fille et son gendre. 

Par ses performances et sa bonne humeur, Mme Ouellet ne passe pas inaperçue auprès des autres membres de la ligue. Sur une vingtaine de parties, elle garde d’ailleurs jusqu’à présent une impressionnante moyenne de 123,93 points. Sa technique? Lancer la boule à la droite pour qu’elle revienne tranquillement vers le centre. «Ça fonctionne bien», assure-t-elle.

EXCEPTIONNELLE

Pour le président de la ligue, Normand Nadeau, Mme Ouellet est belle à voir aller. «C’est spécial de l’avoir avec nous et de la regarder performer comme elle le fait. Je me souviens, lors de mes débuts, elle était meilleure que moi et elle me taquinait. Aujourd’hui, elle réalise encore de très bonnes performances», témoigne-t-il, alors qu’un coéquipier ajoute une anecdote.

«Un jour, j’ai taquiné Mme Ouellet et je lui ai dit qu’elle avait dépassé la fameuse ligne lors de son lancer. Bien, la semaine suivante, elle m’avait tricoté une paire de pantoufles pour s’excuser! J’ai trouvé ça charmant», raconte le second. 

Jeannette Bastille est vraiment l’exemple que les quilles sont un sport accessible à tous les âges et que chacun peut y trouver son compte. Elle souhaite d’ailleurs continuer de joueur tant que la santé lui permettra. On lui souhaite encore plusieurs belles années. 

 

Publicité

Commentez cet article