Publicité
22 octobre 2016 - 07:33

La vie en montagne de Sophie Lechasseur

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Guidée par sa passion, la skieuse Sophie Lechasseur a tout quitté de sa vie à Rivière-du-Loup il y a une douzaine d’années pour aller vivre à Whistler, en Colombie-Britannique et dévaler les pentes de poudreuse.

Dès qu’elle a terminé le Cégep, Sophie Lechasseur a quitté les bancs d’école pour se diriger à Whistler. Elle y a vécu sa première saison de ski «freeride» à l’âge de 20 ans. Ce qui était au départ une passion est rapidement devenu un mode de vie.

«Mes parents sont des skieurs, c’est un sport de famille. Quand j’étais petite, j’ai suivi les pas de mon grand frère qui faisait de la compétition, et j’en ai fait pendant 15 ans au mont Saint-Mathieu», raconte-t-elle.

À son arrivée en Colombie-Britannique, elle pratiquait le slalom, le géant et le super géant, où les athlètes doivent suivre des parcours balisés et prédéterminés. Après quatre années passées à Whistler, elle est revenue dans la région afin d’étudier en communications à l’université de Rimouski. À la suite de cet interlude, elle a repris le chemin de la Colombie-Britannique.

«Ce que j’aime du ‘’free ride’’, c’est l’esprit de liberté. Tu fais ce que tu veux. On pense à quel endroit on veut passer en regardant à partir d’en bas de la montagne, à travers les roches et les arbres. C’est un mélange de vitesse, et il faut se souvenir de tout le trajet en descendant», explique Sophie Lechasseur

Entre donner quelques cours de français et de ski pour subvenir à ses besoins pendant la saison calme, elle parvient à se concentrer uniquement sur son sport en hiver, grâce à l’appui de commanditaires qui lui fournissent de l’équipement et des vêtements en échange de visibilité.

Victime d’une fracture du bras, elle est revenue pendant 2 mois à Rivière-du-Loup cet été pour passer du temps avec sa famille. Maintenant, elle se balade entre Whistler en Colombie-Britannique, Chamonix et Les Arcs, en France pour skier dans la poudreuse, en toute liberté.

Publicité

Commentez cet article