Publicité
24 août 2016 - 14:00

Yoann Gauthier accroche ses patins

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

Le patineur de vitesse originaire de Rivière-du-Loup, Yoan Gauthier, a annoncé sa retraite de la compétition. L’athlète de 22 ans, qui compétitionnait sur courte piste, accroche ses patins pour plonger dans ses livres d’université cet automne.

«Plusieurs facteurs ont influencé ma décision, mais la principale raison est que je débute mes études universitaires en génie électrique à Polytechnique Montréal», a expliqué le jeune via un communiqué de Patinage de vitesse Canada.

«Après avoir vécu les deux dernières années plus difficilement tant à l’entraînement qu’en compétition sans pour autant avoir relâché les efforts, je crois qu’il est raisonnable d’aller à l’école et d’y transférer toute mon énergie.»

Yoan Gauthier a été membre de l’équipe nationale de développement au cours des trois dernières saisons. Parmi ses plus belles réalisations, il a remporté deux médailles aux Universiades d’hiver, dont une de bronze au 1500m, a mérité l’argent au relais masculin au cours d’un des deux Championnats mondiaux juniors de l’ISU auxquels il a pris part, a été couronné champion canadien junior en 2012 et en 2013, et a représenté le pays à deux Coupes du monde de l’ISU.

«C’est évident que les Jeux olympiques de 2018, qui approchent, représentent un échéancier qui semble aller de soi. Mais de manière objective, avec ce que je ressens et ce que j’ai vécu au cours des deux dernières années, je ne crois pas que j’aurais affiché assez de constance pour cette dernière saison, et c’est là une situation qui aurait pu avoir des conséquences néfastes pour moi en ce qui concerne mon avenir», a-t-il ajouté avec beaucoup de maturité.

Sur les médias sociaux, Yoan Gauthier a tenu à remercier tous ceux et celles qui ont contribué de près ou de loin à ses succès au cours de ses 16 ans de patin. Il dit laisser derrière lui « quelques mauvais souvenirs, mais surtout beaucoup de bons », dont la Coupe du monde à Montréal en 2014. «Lorsque j’ai atteint la finale du 500m devant une foule enflammée, c’était incroyable, le summum de ma carrière. J’étais au sommet de ma forme et la foule était là pour m’encourager», s’est-il remémoré.

 

Publicité