Publicité
15 juillet 2016 - 06:58 | Mis à jour : 09:23

Le flag football fait des adeptes

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

La nouvelle ligue de flag football de Rivière-du-Loup bat son plein. Aujourd’hui à la mi-parcours de cette toute première saison, l’instigateur Jérémy Rioux se dit très satisfait. Le retour des joueurs est lui aussi très positif. 

En jeu depuis le 2 juin au Stade Premier Tech, la Ligue se conclura le 4 août. Pour cette première saison, 40 joueurs, rassemblés dans 4 équipes, tentent de remporter les grands honneurs. Ceux-ci sont d’anciens ou actuels joueurs de football de niveau collégial ou juvénile, mais également des amateurs qui découvrent le sport. 

« Notre objectif était vraiment d’obtenir une belle parité dans la Ligue. On ne voulait pas que les équipes soient débalancées et je crois que c’est mission accomplie. Chacune d’entre elles sont compétitives », souligne Jérémy Rioux, qui est aussi entraineur-chef des Guerriers juvéniles.

Au moment d’écrire ces lignes, les formations avaient cinq des neuf parties de saison régulière de jouées. Suivront ensuite une ronde éliminatoire, une finale régionale et un affrontement contre l’équipe championne de la division de Québec/Lévis. 

« Les retours sont très positifs, autant du côté des joueurs avec de l’expérience que du côté des nouveaux venus qui n’avaient jamais touchés à ce sport. Tout le monde semble être très heureux et ça fait bien plaisir », a-t-il ajouté. 

Benoît Gauthier, connu à Rivière-du-Loup pour son implication dans le hockey mineur, est l’un de ceux qui foulent le terrain du Stade tous les jeudis soirs. « C’est vraiment plaisant. On se prend pour des pros une fois par semaine », déclare-t-il avec le sourire. 

« C’est intense, les lendemains sont parfois difficiles, mais c’est le fun. L’équilibre des équipes rend les choses vraiment intéressantes. » ajoute son adversaire du jour, Martin Vallée, lui aussi au cœur d’une première expérience.  

FLAG FOOTBALL

Le sport est un dérivé du football alors que les plaquages sont remplacés par deux drapeaux (flags) accrochés à la ceinture des joueurs qu'il suffit de leur retirer. Six joueurs par équipe évoluent sur le terrain en même temps.

Qui dit flag football dit jeux aériens. «On ne plaque pas, c’est vraiment tout le monde sur le terrain qui est éligible à jouer et effectivement on favorise les jeux de passes et aériens», conclue Jérémy Rioux. 

L’organisateur de la Ligue est catégorique, le projet sera reconduit l’année prochaine. Cette fois, on souhaite avoir plus d’une soixantaine de joueurs. Il n’est pas exclu que les parties pourraient aussi être jouées à l’extérieur. 

 

Publicité