Publicité
25 mai 2016 - 14:51 | Mis à jour : 17:50

L’Impérium plein la coupe pour l’EBO RDL

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin

L’École de boxe olympique de Rivière-du-Loup compte sur une écurie de boxeurs où se côtoient de nombreux pur-sangs. Les résultats obtenus le weekend dernier lors de la Coupe Impérium, le plus important évènement annuel de boxe olympique au Canada cette année l’ont illustré hors de tout doute alors Angélie Ouellet, Mélina Laplante, Fay Chabot, Camille Gougoux et Bryan Ouellet y ont remporté un championnat.

Alors que la présence de près de 400 athlètes était annoncée pour la 4e présentation de cette compétition internationale, les dix pugilistes de l’EBO RDL ne sont pas passés inaperçus. Outre les cinq champions, Clovis Déry, Vincent Dumont, Thomas Boucher, Fabien Déry et Jordan Perry ont remporté une médaille d’argent.

«C’était donc un défi de taille pour tous les Québécois qui y participaient. Nous sommes très fiers de nos boxeurs et de notre équipe. Tous ont donné leur maximum et se sont montrés courageux et déterminés. Ce tournoi qui se déroulait sur trois rings nous a contraints à nous séparer lorsque plusieurs de nos boxeurs boxaient simultanément sur plusieurs rings. L’entraineur Karl Déry a été d’une aide précieuse dans ce tournoi, ainsi que les parents de Thomas et Vincent qui ont beaucoup aidé au niveau du transport et de la gestion», a souligné l’entraineur-chef, Mathieu Lavoie-Dion.

OR

Parmi les poulains de l’EBO RDL promus à un bel avenir, figure Bryan Ouellet. Un jeune boxeur qui n’en finit plus d’impressionner. Pour la finale, le pugiliste de 16 ans et de 165 livres affrontait Nicolas Gomez, un Américain comptant pas moins de 40 combats à sa fiche, contre 17 pour Bryan.

Aux dires du coach, malgré l’acharnement et la pression de Gomez, Bryan a clairement dominé les trois rounds de l’affrontement et s’est mérité sa deuxième Coupe Imperium. «Bryan a clairement tout ce qu'il faut pour aller loin, très loin, et il l'a démontré une fois de plus ce weekend. Tout le monde craignait l'Américain, mais pas Bryan. Il n'en a fait qu'une bouchée, du début à la fin.»

De son côté, Angélie Ouellet, de Saint-André de Kamouraska, a remporté  sa finale par mise hors de combat technique (TKO) au 3e round. Il s’agit d’un deuxième titre dans sa première année de boxe. La pugiliste a également remporté les honneurs lors des gants de bronze en avril dernier. «Tout un exploit pour la jeune athlète qui s'entraine pour la boxe compétitive depuis seulement cinq mois», a reconnu l’entraineur.

Pour Mélina Laplante qui a complètement dominé les trois rounds de l’affrontement, ce fut toute une fin de semaine, riche en émotions. Elle a remporté la Coupe contre la championne en titre des gants de bronze. «Mélina a su s'adapter très rapidement, elle a compris comment la battre et s'est imposée dès le départ. Elle a même donné un compte de huit à son adversaire.»

Fay Chabot et Camille Gougoux sont championnes sans opposition, mais ont quand même participé à des combats hors tournoi, pour lesquels elles ont très bien performé. La seule qui a accepté d’affronter Fay âgée de 15 ans et de 125 livres, est Naomie Pelletier d’un an plus vieux et championne canadienne junior de deux catégories de poids supérieurs à Fay.

ARGENT

Quant aux cinq médaillés d’argent, soit Clovis Déry, Vincent Dumont, Thomas Boucher, Fabien Déry et Jordan Perry, ils ont fait face à de grosses pointures en finale.

Clovis et Fabien affrontaient notamment Hamza Kabbhaz, champion canadien, et Daniel Kulibaba, 47 combats. «Malgré tout, les combats étaient des décisions serrées et il s’agit d’une expérience de qualité pour eux, même s’ils n’ont pas remporté la coupe», a conclu Mathieu Lavoie-Dion.

La Coupe Impérium s’est tenue sous la présidence d’honneur d’Éric Lucas, ancien champion du monde des supermoyens de la WBC.

 

Publicité