Publicité
22 août 2014 - 06:00 | Mis à jour : 10:11

Défi du seau d’eau glacée: véritable phénomène viral

Nicolas Ouellet

Par Nicolas Ouellet, journaliste

Twitter Nicolas Ouellet
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Rivière-du-Loup – Depuis quelques semaines, des milliers de personnes partout sur la planète relèvent le défi du seau d’eau glacée ou le « ice bucket challenge » en anglais, qui consiste à se verser sur la tête un seau d’eau et de glace.

Ces personnes le font après avoir été mises au défi par d’autres qui l’ont réalisé, le tout via les médias sociaux, Facebook et Twitter. L’objectif est de sensibiliser la population à la sclérose latérale amyotrophique (SLA) mais aussi et surtout, d’amasser des fonds pour la recherche et le soutien des personnes atteintes et leur famille. Il s’agit d’une maladie neurodégénérative des motoneurones chez l’adulte.

« Pour la Société de la SLA du Québec, cette initiative est une bénédiction. Bien qu'il soit très difficile d'évaluer les répercussions du Défi seau d'eau, il n'y a aucun doute que ce défi est la plus grande campagne de sensibilisation entreprise au Québec », a d’ailleurs fait savoir la Société de la SLA du Québec.

DÉFI RELEVÉ AU KRTB

La région ne fait pas exception du reste de la planète, alors que de nombreuses personnes, dont plusieurs personnalités, s’aspergent pour la cause et font des dons sur le site Internet sla-quebec.ca.

Le jeudi 21 août, c’est à l’initiative des pompiers, plus particulièrement de Stéphane Arbour que le Service de sécurité incendie de Rivière-du-Loup a littéralement plongé dans la vague du Ice Bucket Challenge. « J'ai cru bon impliquer tout le service incendie de Rivière-du-Loup, tant qu’à les challenger à tour de rôle, autant le faire tous ensemble », a-t-il expliqué.

Ils étaient donc 26 à plonger dans un bassin d’eau utilisé lors d’interventions incendie. Parmi eux, le directeur du SSIRDL, Éric Bérubé. Ce dernier a interpellé ses collègues de La Pocatière à Gaspé à relever le défi. « J’ai vraiment hâte de voir si les autres casernes vont embarquer », a souligné Stéphane Arbour. Les pompiers ont aussi amassé la somme de 275 $ pour la cause.

Le maire de Rivière-du-Loup, Gaétan Gamache, le préfet de la MRC Michel Lagacé et le président de la Chambre de commerce Hugo Dubé, font partie des très nombreuses personnalités de la région qui ont également relevé le défi au cours des dernières semaines et fait un don.

QU’EST-CE QUE LA SLA?

Jean-Martin Charcot, neurologue français, pathologiste et fondateur de la neurologie moderne, fut le premier à décrire en 1874 les symptômes définissant la sclérose latérale amyotrophique (SLA). La SLA est aussi connue sous le nom de la maladie de Charcot en France ou de « maladie de Lou Gehrig », en mémoire du célèbre joueur de baseball professionnel, décédé de la maladie.

La  SLA est une maladie neuromusculaire qui touche actuellement 2 500 à 3 000 personnes au Canada et qui se caractérise par la dégénérescence d’un ensemble précis de cellules nerveuses au niveau du cerveau et de la moelle épinière. Peu à peu, cette détérioration entraine l’incapacité du cerveau à initier et contrôler tout mouvement musculaire volontaire.

Une paralysie progressive se développe donc, suite à l’atrophie des muscles, causée par le manque de stimulation de ceux-ci par le cerveau. Les personnes âgées entre 40 et 75 ans sont le plus souvent touchées par la maladie. À ce jour, il n'existe aucun traitement pour prolonger significativement la vie des personnes atteintes. (source: sla-quebec.ca)

Collaboration : François Drouin

 

 

Publicité

Commentez cet article