Publicité
14 octobre 2016 - 14:48

Longue attente au Bas-Saint-Laurent pour des tests d'allergies

Toutes les réactions 2

Une compilation exclusive de la Coalition Avenir Québec démontre que des dizaines de milliers d’adultes et d’enfants souffrant d’allergies peuvent attendent des mois, voire des années, pour obtenir un test de dépistage d’allergies dans le réseau public.

«C’est inacceptable et franchement révoltant», estime le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de santé, François Paradis.

Grâce à la Loi sur l’accès à l’information, le critique de la CAQ en matière de santé, François Paradis, a obtenu des données de plusieurs établissements de santé qui permettent de dresser un portrait inquiétant de l’attente pour les tests de dépistage des allergies.

Au Bas-Saint-Laurent, 653 adultes attendent de 4 à 18 mois, et 262 enfants sont en attente. Le délai est inconnu. À titre comparatif, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, 1 035 adultes attendent en moyenne 14 mois. Au CHU de Québec, 12 109 adultes attendent en moyenne 200 jours (de 6 à 697 jours) et 7 615 mineurs attendent en moyenne  211 jours (de 9 à 706 jours).

«Le ministre Gaétan Barrette n’a aucune idée de l’ampleur du phénomène, puisque son propre ministère ne possède pas les données. Pendant ce temps, il pense réduire les inscriptions dans les facultés de médecine, alors qu’il manque de 30 à 55 allergologues au Québec et que les places offertes dans les facultés de médecine pour cette spécialité ne sont pas toutes comblées. La situation actuelle est inacceptable. Il est impératif d’augmenter l’offre de formation dans les facultés de médecine et de favoriser le recrutement de spécialistes à l’étranger», explique François Paradis, prônant également une collaboration plus étroite entre le ministère de la Santé, la Fédération des médecins spécialistes du Québec, les facultés de médecine et le Collège des médecins.

Des disparités importantes se dégagent des données obtenues selon les régions. Alors qu’un citoyen de l’Estrie attend présentement près de 8 semaines pour un test de dépistage, un patient des Laurentides peut très bien en recevoir un 645 jours après en avoir fait la demande, note le député de Lévis. François Paradis demande de fixer un délai de trois mois et moins.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • A Montréal ce n'est pas mieux. Ma fille a eu une réaction allergique à un antibio à l'âge de 6 mois. Le Dr nous l'a fait inscrire sur la liste d'attente à l'hôpital. À l'âge de 6 ans 1/2 je reçois un appel (yeah!!!)... me demandant si je veux qu'elle reste sur la liste d'attente car ce n'est pas encore son tour (wtf !?!). Je suis donc allé au Mexique pour la tester et la désensibiliser. Merci beaucoup à notre système de santé du 1er monde.

    Pat66 - 2016-10-15 14:40
  • 645 jours !...c'est banal. Mon fils qui est en Australie depuis 6 mois vient de recevoir de l'hôpital enfant Jésus de Québec, un rendez-vous en IRM demandé d'urgence par son médecin en janvier 2014. N'ayant jamais eu de réponse, il s'est fait opérer en clinique privée et a super bien récupéré depuis ce temps. Il a même repris se activités sportives. Merci Monsieur Barrette pour vos bons services et vos lois 10 et 20...

    gilbert - 2016-10-14 18:00